Jour N°45

Les jeux amoureux …

suite … au sens propre et au sens figuré …

C’est bien beau de faire des galipettes …

Mais qui va garder les enfants ???

Naissance de bébés araignées …

***

Naissance de bébés de mante religieuse.

Pour les déplacer, il est plus prudent, pour eux, de leur donner une branche, (ici du fenouil) où ils vont s’installer tout de suite … Ensuite vous pouvez les sortir dans la nature.

***

Une mantispe (Mantispa syriaca) en train de pondre,

dans la crevasse d’un vieux chêne vert .

(plus de 500 oeufs)

Malheureusement, j’ai raté les naissances …

***

Bébés punaises (Nezara viridula)

A demain …

Jour N°44

C’est le printemps, et confinement ou pas,

la nature se réveille …

Pour la faune, il ne faut pas perdre de temps,

car les bébés doivent naître avant l’hiver …

La garrigue et ses jeux amoureux

Gros câlins chez les cétoines dorés …

(Cetonia aurata)

Petits bisous chez ces Lupérus portugais

(Exocoma lusitanicum)

Un couple de « Collier-de-corail », bien accroché …

(Aricia agestis)

Attachement profond pour ces punaises de l’arbousier (Gonocerus insidiator)

Caresse (un peu rude) pour ce couple de longicornes (Cerambyx cerdo)

Bisou baveux pour ce couple d’escargots

(Zonites algirus)

A demain …

Jour N°43

Ce matin, aux Garrigues Basses de Lédenon …

JF est parti surveiller les rapaces vus la veille :

– Plusieurs buses variables,

– Plusieurs busards cendrés

Il voit, tout de suite un très beau busard cendré, un mâle …

Les mâles sont d’un beau gris clair presque blanc,

alors que les femelles sont brunes.

Puis, un autre mâle arrive …

Et là ! bagarre !

Ils ont commencé par une « prise de bec »

et finalement,

ils en sont venus aux mains …

Busard cendré

(Circus pygargus)

A demain …

Jour N°42

Un 1er Mai de mon enfance …

Quand j’étais enfant, j’habitais à Quillan, dans l’Aude. 
Ce n’était pas notre région, 
nous venions du bord de mer héraultais .
Echanger notre horizon, toujours bleu, contre le « trou quillanais » entouré de montagnes…

l’adaptation était difficile. 
Mais travail oblige !!!
Nous nous sommes perdus dans les immenses forêts de sapins, à la recherche de cèpes et de « rousillous » (le nom local des lactaires délicieux)…
Nous n’avions jamais vu la neige … 
Nous ne connaissions rien de la faune et la flore de la région .

Un jour de la fin du mois d’Avril, l’épicière nous parle de muguet sauvage, qui poussait dans la montagne … 
« Non, ce n’était pas bien loin. » 
« Oui, on pouvait en ramasser, car

« ce n’était à personne » …

Le 1er Mai, nous voilà partis, vers le lieu indiqué.
D’abord, nous n’étions pas les seuls :

toutes les familles des villages alentour, 
en cueillaient, sans retenue ,
et repartaient avec des brassées

« de ce muguet sauvage qui n’était à personne  » …
Nous aussi !
Nous n’avons pas manqué ce rendez-vous,

les autres années.

Une vingtaine d’années plus tard, venant d’acheter un terrain en pleine garrigue nîmoise pour construire notre maison, je m’intéressais à la flore locale : arbres, arbustes, petites fleurs et orchidées sauvages …

Petit à petit, j’apprenais à tout connaître.

Et là, SURPRISE !

Un jour, je trouvais quelques pieds du « muguet sauvage » de mon enfance …
C’était une orchidée :

Céphalanthère à longues feuilles

( Cephalanthera longifolia, )

Bref, pendant des années,

nous avons contribué à la « maltraitance » systématique de cette orchidée : cueillette, mais aussi arrachage, car certains en déterraient pour les installer dans leur jardin …
Ce n’était pas du désintérêt pour la nature (au contraire),
Ce n’était pas, non plus de la malveillance,
Non, c’était tout simplement de l’ignorance !!!

Pour protéger, il faut d’abord connaître !

Aujourd’hui, nous n’avons aucune excuse :
Associations de protection de la nature, internet, Facebook …
On peut tout savoir rapidement,
Il suffit d’un peu de curiosité …

C’est vrai , « la nature n’est à personne »,
en réalité « elle est à tout le monde »,
c’est notre bien commun .

(Photos Avril 2016-Garrigue nîmoise)

Jour N°40

Une autre orchidée des garrigues.

En ce moment, sa floraison commence à peine,

mais peut se prolonger jusqu’en Juillet, selon la région.

Elle pousse sur terrain calcaire,

dans les lieux herbeux, les broussailles …

Son inflorescence très lâche peut porter jusqu’à 5 ou 6 fleurs.

Les sépales sont souvent roses,

allant du rose foncé au rose pâle,

et même blancs,

alors que les pétales sont courts, étroits et verdâtres.

Le labelle est d’un beau brun velouté,

le dessin de la macule est entouré de blanc.

Le tout surmonté par un gynostème

en forme de « bec de canard ».

Ophrys abeille

(Ophrys apifera)

A demain …

Jour N°39

Tu la veux, ma photo ???

… Ou quand le modèle est plus curieux que le photographe …

Nous avions rendez-vous chez une amie, au Nord d’Uzès …

et nous étions un peu en avance …

Donc, on a continué 300 m plus loin, juste par curiosité …

et là !

une bonne vingtaine de « Sylvains azurés » (Limenitis reducta) voletaient autour des buissons de chèvrefeuilles…

Vite, l’appareil photo …

Les papillons n’étaient pas farouches,

le premier s’est posé tout de suite sur mon doigt,

les autres …

Heureusement que j’avais mon Iphone …

pour prendre l’appareil photo … en photo,

avec ses envahisseurs …

***

Pour l’autre série de photos,

nous étions chez nous, sur la terrasse …

Et soudain une mante décolorée (Ameles decolor)

s’est installée sur l’objectif de l’appareil photo de JF …

Vite mon appareil !!!

Amusant, non ???

A demain …

Jour N°37

Regardez ce que j’ai trouvé hier soir dans ma maison !!!

C’est vrai, c’est le printemps

et les portes sont souvent ouvertes …

Mais quand même !!!

Une bestiole de plus de 10 cm de long,

dont la morsure est très douloureuse …

ça fait réfléchir …

Pas le temps de la photographier,

trop préoccupés à la remettre dehors …

Ce matin, je suis repartie à sa recherche.

Les scolopendres aiment se cacher sous les pierres et j’en avais déjà vues, sous des dalles qui protègent un petit arbousier …

Gagné ! il y en avait deux .

Scolopendre ceinturée

(Scolopendra cingulata)

Elle fait partie de la famille de Myriapodes,

autrement dit des « mille-pattes »,

comme les iules, les scutigères ou les gloméris …

La tête est suivie de nombreux anneaux qui portent chacun une paire de pattes.

Ceux-là sont complètement inoffensifs.

A demain …

Jour N°36

C’est le printemps …

C’est la période des amours, chez les tipules …

La femelle en haut,

le mâle en bas !

Ici sur une plante de fenouil.

On leur donne aussi les noms de :

cousin, faucheux, araignée d’eau ,

pourtant elles sont de la famille des mouches :

des diptères donc.

Tipule printanière

(Tipula vernalis)

Sympa, non ?

sauf que les larves (qui ressemblent à des asticots)

dévorent les racines des plantes alentour.

A demain …