1er Janvier 2020 …

Bonjour à tous !

Pendant notre voyage à Tahiti, nous avons trouvé quelque chose d’amusant …

Un tableau noir, installé au premier étage du marché de Papeete …

Au départ, le tableau était « propre » avec juste cette mention

Avant de mourir, je voudrais :

Chacun, tahitien ou visiteur, pouvait y écrire ce qu’il voulait …

Il était déjà là, il y a quatre ans, lors de notre voyage précédent …

ce qui explique tous ces gribouillages …

Il y a des désirs complètement loufoques, ou irréalistes …

d’autres plus plausibles …

D’autres plus « terre à terre » …

***

En ce début d’année, je vous souhaite à tous de réaliser toutes vos envies, même les plus farfelues …

Rêver, c’est déjà du bonheur !!!

Bonne année à tous !!!

Papeete : le marché, suite et fin …

Il ne faut pas oublier de monter au premier étage du marché : vous y trouverez un grand nombre d’objets souvenirs : tissus, paréos, perles, coquillages, ivoire et bois sculptés, petits bijoux …

Totems, pagaies cérémoniales, plats, tortues … si vous voulez ramener juste un petit souvenir, n’hésitez pas !

C’est bien fait et pas cher, mais cela est un peu répétitif … mais quand votre objet sera chez vous, il deviendra une pièce UNIQUE …

***

Par contre, si vous vous voulez une pièce originale, allez dans une galerie d’art.

Sur Papeete, il y en a deux, à voir absolument ! Acheter ou pas, ce n’est pas vraiment le problème, mais vous parlerez avec des passionnés des arts polynésiens, aussi bien des Marquises que des îles Australes.

Chez Ganesha (Centre Vaïma) et chez Manua (Boulevard Pomaré), on vous expliquera la différence entre l’art des Marquises et celui des Australes.

Les sculptures des Marquises possèdent toutes, la croix marquisienne, très caractéristique

Les sculptures des Australes sont plus minutieuses, plus précises … plus rares, aussi …

Tortues, plats, pilons, pagaies cérémoniales … un long travail de précision …

***

Pour les perles, le problème est le même : soit vous voulez juste un petit souvenir, vous en trouverez partout : au marché, mais aussi sur des étalages éphémères au bord des routes …

Mais si vous voulez un beau bijou qui marquera un anniversaire ou un souvenir important, allez chez un professionnel… A Papeete, bien sûr, mais aussi à Bora Bora, dans la « capitale » Vaitape.

On vous expliquera les critères de qualité d’une perle de Tahiti :

  • l’épaisseur de la couche de nacre. Plus l’huître restera dans l’eau, plus la couche sera épaisse … ( un bon professionnel vous fournira un certificat)
  • la taille : plus elle est grosse, plus elle est chère …
  • la forme : l’idéal est la sphère parfaite, mais certaines en poire ont leur charme aussi.
  • la surface : il faut qu’elle soit lisse, sans aucune aspérité ni petit trou …
  • le lustre : il faut qu’elle brille, sans excés, avec un petit effet miroir …
  • la couleur : Là, c’est une affaire de goût personnel . Reflets blancs, verts, rosés, bleutés, violets … Il faut l’essayer sur sa peau, pour avoir « le coup de foudre » … ou pas !

A suivre …

Papeete : le marché … suite

Que serait le marché de Papeete,

sans son marché aux fleurs ???

Dès l’entrée, vous êtes saisis par leur odeur : des gerbes, des petits bouquets, des fleurs coupées qui trempent dans des seaux …

La plus grande, la plus originale, la plus spectaculaire et certainement la plus belle …

Voici « l’oiseau de paradis »

De la même famille botanique que les bananiers,

sa fleur rappelle la forme du bec et le plumage des paradisiers, famille d’oiseaux très colorés.

Le nom d’une reine

En 1761, Sophie Charlotte de Mecklembourg-Strelitz

épouse le roi Georges III de Grande-Bretagne. Cette reine, botaniste éclairée, sera à l’origine de la création de jardins,

devenus aujourd’hui les Kew Gardens

En guise de remerciements, le conservateur des Jardins de Kew, lui offrira un bouquet de ces fleurs exotiques, qu’il a baptisées « Strelitzia reginae », soit « la reine Strelitz »

Deux jours à Papeete …

Nous aimons beaucoup la ville de Papeete.

A chaque voyage en Polynésie, nous faisons un petit séjour de quelques nuits. Nous y allons pour l’ambiance, le marché coloré, les boutiques, les galeries d’art et le sourire des polynésiens …

Nous sommes partis de Fakarava, le matin, tôt, et pour le moment, nous survolons les nuages.

Sous les nuages, le soleil !!!

Nous avons l’habitude de loger au Tahiti Nui : bel hôtel, bien situé, à deux pas du port, des petits restos, du marché et des boutiques !

***

Petite balade au marché

C’est un mélange de couleurs et de rires, donnant une impression d’abondance.

Ce sont surtout les femmes qui viennent vendre leurs productions.

Certaines ont un gros étalage …

D’autres pas grand chose …

comme ces quatre fruits de l’arbre à pain .

Partout, dans le marché de grandes pancartes explicatives : nom tahitien, nom français, utilisation …

Toutes présentent leurs fruits et légumes, bien rangés dans des barquettes … On achète à la barquette .

Choux, navets, concombres, carottes, tomates …

Mangues, gingembre, crosnes …

bananes … les fruits exotiques partagent les étalages avec nos fruits familiers.

Celui-là, par contre, n’est pas courant chez nous.

De la même famille que les courges et melons, le concombre amer (Momordica charantia) est surtout utilisé en médecine traditionnelle (diabète, cancers …)

Des tubercules de tarot,

D’autres font des gâteaux …

Si vous avez la chance de venir un vendredi, vous serez surpris par les espèces de poissons qui vivent dans les eaux polynésiennes …

Et puis, il y a la vanille !!!

La vanille grand cru de Tahaa (l’île voisine), petite mais charnue, donnera à vos plats un bouquet aromatique et fruité prolongé par des notes florales …

Non loin des étalages de vanille, les tables recouvertes de fleurs de Tiaré … en petits bouquets, tressées ou en couronnes …

Toutes les femmes portent des couronnes de fleurs, souvent fabriquées sur place .

C’est beau !!!

Et puis, il y a les chapeaux … tressés sur place, aussi !

des colliers de coquillages, des paréos de fête …

Dehors, sur les trottoirs, c’est le royaume des tissus : paréos, robes, chemises … qui resteront là jusqu’à la nuit … attendant le touriste en quête d’un souvenir …

Polynésie : l’arrivée

Tous les contrôles effectués, nous pouvons monter dans l’avion …

pour 22 heures de vol …

Le panneau indique que le temps est couvert et qu’il pleut ???

Impossible à Tahiti !

Et pourtant !

L’aéroport de Papeete/Fa’a’a se trouve à l’Ouest de Papeete, sur la petite commune de Fa’a’a, d’où son nom.

De l’autre côté de Papeete se trouve la très belle baie de Matavai.

C’est là qu’abordèrent les premiers navigateurs découvreurs de Tahiti.

Samuel Wallis, d’abord, puis deux ans après, un jeune officier de la Royal Navy : James Cook.

Il avait une mission précise …

Le 3 Juin 1769, la planète Vénus devait passer devant le Soleil … Cela permettrait aux savants de l’époque de calculer la distance exacte de la Terre au Soleil …

L’Endeavour jette l’ancre dans la baie de Matavai. A l’ouest se trouve un petit promontoire , propice à l’observation du ciel .

Un petit fort d’une hauteur de 25 m , fait de pierres et de coraux, y est construit. Plus tard, il sera surélevé et deviendra un phare … et le petit promontoire prendra le nom de « Pointe Vénus »

Mais, pour le moment, nous avons un autre avion à prendre,

Celui qui nous mènera à Bora Bora !!!