Dernier jour à Rangiroa …

Et oui, tout s’achève …

C’est notre dernier jour à Rangiroa.

Dernière balade sous les bungalows

Mulets, chirurgiens, papillons cochets, idole Maure, baliste Picasso, baliste à marges jaunes, sergent-major chinois, mérou nid d’abeille … Ils sont tous là … comme pour nous dire au revoir …

Dernier soir, dernier coucher de soleil, demain nous partons sur Fakarava !

Plonger à Rangiroa …

A Rangiroa , le plus beau se passe sous l’eau …

Rendez-vous avec les dauphins !

Les dauphins sont très sociables … Ils viennent tourner autour de vous … Mais on n’ose pas les toucher de peur de les effaroucher … Jusqu’à que le moniteur nous dise : » tu peux les toucher, ils aiment ça et ils viennent demander des caresses … » et c’est vrai, qu’ils ont l’air heureux !!!

On ne s’en lasse pas !

Il faut quand même faire attention à notre matériel … On trouve beaucoup de choses au fond du lagon …

Mais des poissons, il y en a !!!

Des balistes « Titan »,

Des balistes striés,

Des nasons zébrés

Une loche « rayon de miel », appelée aussi « Mérou gâteau de cire »

Et tant d’autres …

Rangiroa : balade au lagon bleu

Il pleut, les vagues sont énormes, le vent souffle en rafales …

Toutes les excursions en groupe organisées par l’hôtel sont annulées …

Heureusement, nous avons réservé une excursion , juste pour nous deux .

Le capitaine est inquiet : il nous demande si nous avons le mal de mer …

si on n’est pas malade en bateau … Parce que … ça va cogner ! et il faut traverser tout le lagon pour arriver au lagon bleu …

Non, nous ne sommes pas malades en bateau et nous ne craignons pas les grosses vagues …

Alors allons-y !!!

Et nous voilà partis pour la journée …

Dans le cercle du haut : l’hôtel

Dans celui à gauche : le lagon bleu

Le voilà vu d’avion !!!

Effectivement, les vagues sont énormes … Nous sommes trempés et cela nous fait rire, ce qui rassure, un peu, notre capitaine.

Arrivés de l’autre côté du lagon, la mer est calme et le soleil donne au sable des reflets roses.

Avec masque et tuba, nous traversons le lagon bleu pour arriver sur un petit motu …

où notre capitaine nous a préparé un super petit repas …

Nous partons explorer le motu, couvert de cocotiers

De loin , le lagon est vraiment bleu !!!

Notre guide porte même notre sac à dos avec masques et tubas … Et malgré nos protestations confuses continue la balade avec notre sac … Il veut nous montrer des oiseaux et il nous laisse juste chargés de nos appareils photo

Ce sont des sternes blanches appelées aussi Gygis blanches. Cet oiseau a la particularité de pondre , son seul oeuf directement sur une branche (sans nid). Sa coquille étant souple, elle épouse la forme du tronc !

La sterne blanche se nourrit principalement de poisson, surtout de poisson-volant.

En Polynésie, elle est l’amie des pêcheurs , car sa présence signale un banc de poissons.

Son nom polynésien est ‘itata’e

Un peu plus loin, un groupe de noddis bruns . Eux aussi se nourrissent de poissons, eux aussi nichent dans les cocotiers, mais en construisant un nid.

Et voilà, c’est bientôt l’heure de repartir … Notre bateau nous attend.

Inutile de vous dire que le retour a été encore plus difficile que l’aller … des vagues, du vent, des gerbes d’eau dans le bateau … Nos K-way trempés … Heureusement notre capitaine avait prévu des cirés jaunes de pêcheur …

Quelle bonne idée !!!

Le lendemain, nous aurons quelques « bleus » et beaucoup de courbatures, mais sans aucun regret … la balade était si belle !!!

Un atoll : Rangiroa

Notre hôtel se trouve dans le cercle blanc …

… près de la passe de Tiputa

Bungalow plage, bungalow pilotis, villa …

Pour ce voyage nous avons choisi la villa …

Villa, piscine, Immense chambre, coin bureau, grande salle de bain avec douche …

Mais on peut aussi prendre un bain dans la baignoire installée dans le jardin …

Tout est beau, même le petit plat pour poser les clés est sculpté de dessins polynésiens

Dans notre jardin, des arbustes de Tiaré et bien d’autres plantes visitées tous les jours par de belles libellules …

Le tout entouré par d’épais murs en pierre … On est chez nous !!!

Tout autour des villas et des bungalows, de grands palmiers : on en a trouvé quatre espèces différentes, dont les cocotiers, bien sûr !

Loin, dans le lagon, l’Aranui !

Au départ, l’Aranui était un cargo ravitailleur pour les îles Marquises. Puis, quelques cabines ont été ajoutées pour des touristes …

Dans toute la Polynésie, les lustres sont décorés de coquillages : petits coquillages blancs, coquilles d’huitres … On en trouve dans tous les hôtels.

Après le repas, excellent, nous allons sur la plage admirer le coucher de soleil …

Allez, au lit ! car demain on part en balade …

Bora Bora, c’est fini !

Dernier petit déjeuner …

En rentrant, nous aurons certainement dans notre chambre le programme du départ .

D’habitude c’est très succinct :

-Régler le séjour à 8h00

-Valises prêtes dans votre bungalow à 8h30

-Départ du bateau à 8h45

Merci pour votre séjour !

Mais là, nous avons trouvé la lettre de fin de séjour assez amusante :

la voici

EPSON MFP image

***

En route pour l’atoll de Rangiroa !

Souvenez-vous ! Je vous ai expliqué la formation des îles hautes : un volcan souterrain qui sort de terre, puis qui s’éteint et qui s’enfonce petit à petit dans la mer… jusqu’à disparaître complètement !!!

Il ne reste alors que la barrière de corail qui entoure le lagon.

Finies les îles hautes , nous voici sur un atoll !

Le vent, les vagues apportent du sable, des branchages … formant ainsi de petits îlots sur la barrière de corail, rapidement couverts de cocotiers. On appelle ça le « motu »

Photo Google Maps

C’est là que s’installent les villages de pêcheurs, les hôtels … et l’aéroport.

Nos trois prochains séjours seront sur des atolls : Rangiroa, Fakarava, Tetiaroa

Photo Google Maps

Voilà Rangiroa, avec un autre atoll plus petit où nous avons déjà séjourné : Tikehau

Quelques vues d’avion de Rangiroa :

La barrière de corail est entrecoupée de passes, qui permettent le renouvellement de l’eau du lagon, la circulation des bateaux et de différents animaux marins … Comme les baleines qui ont l’habitude de rentrer dans le lagon pour la mise bas.

Certaines passes sont souvent dangereuses, difficiles à franchir pour les petits bateaux de pêcheurs .

Ex : la passe de Maupiti

La légende raconte que sur l’atoll de Hao, pour franchir la seule passe existante, il fallait demander l’autorisation à la déesse Kaki … Il fallait connaître « le mot de passe » … Ceux qui passaient outre avaient souvent des « accidents ».

à suivre …