Devinette … la réponse !

Souvenez-vous !

Personne n’a trouvé !!!

Seules, deux personnes ont tenté leur chance …

Sans résultat !

Pourtant, Marie-Claude n’était pas loin,

avec son histoire de crotte …

***

Des crottes, oui !

mais pourquoi ces petits saucissons blancs ?

Explications !

Chez les mammifères, on distingue plusieurs systèmes vitaux :

-le système intestinal

-le système urinaire

-le système génital

Chaque système a ses “voies de circulation” et son “orifice d’évacuation” …

Chez certains animaux comme les oiseaux, les reptiles …

il y a un seul orifice d’entrée (accouplement)

et de sortie (fèces, urine, oeufs)

C’est le cloaque !

Dans le cas des reptiles ,

comme ceux que l’on trouve en garrigue, bien sûr !

Serpents, Lézards, Tarentes … la partie noire des crottes correspond aux matières fécales, et la partie blanche à l’urine solidifiée …

Pour aller plus loin, il faut étudier les crottes en question …

D’abord, les mettre dans une coupelle d’eau, et les désintégrer avec une pince de laboratoire.

Ensuite les placer sous une loupe binoculaire

Pas de poils, pas d’os, pas de plumes …

Que des carapaces d’insectes, des pattes d’araignées,

des morceaux de perce-oreilles …

On peut éliminer les serpents et les lézards …

Voici la coupable !!!

Tarente de Maurétanie

(Tarentola mauritanica)

Ne la chassez pas, elle vous débarrassera des moustiques !

Elle peut se balader partout, même au plafond …

grâce à ses doigts couverts de lamelles adhésives…

Savez-vous que les ingénieurs n’ont rien inventé ???

Ils ont largement copié ce système

pour inventer les pneus-neige ???

L’aigle de Bonelli : rapace protégé .

Dans nos garrigues ( les Garrigues Basses de Lédenon), nous observons souvent des rapaces : Buse variable, Faucon crécerelle, Busard cendré, Milan noir, Milan royal, Circaète Jean-le-Blanc, et quelques rapaces nocturnes, que nous entendons mais que nous n’avons jamais pu prendre en photo …

La semaine dernière, nous avons vu ça !!!

(Je vous dis tout de suite, que les photos ne sont pas au top,

car très agrandies !!!)

Renseignements pris auprès de spécialistes,

il s’agit d’Aigles de Bonelli.

Le plus clair à ventre blanc étant un adulte,

et celui à ventre roux, un juvénile.

Nous savions que certains venaient chasser au-dessus des Garrigues Basses de Lédenon, mais nous n’en avions jamais vus de façon sûre.

Aigle de Bonelli (Aquila fasciata)

C’est une espèce menacée, qui niche autour de la Méditerranée, la France étant sa limite Nord de reproduction.

On le trouve en Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Languedoc-Roussillon.

Il niche dans des escarpements rocheux (chez nous, dans les Gorges du Gardon), mais vient chasser en garrigue, où il trouve facilement, lapins, perdrix rouges , pigeons ramiers …

Actuellement, cette espèce bénéficie d’un troisième

“Plan National d’Actions” :

– Bagage des poussins,

– Surveillance des habitats,

-Limitation des dérangements des nids, (promenades, escalades, photos …)

-Limitation des modifications des paysages ( éoliennes, centrales solaires, défrichements …)

-Coordination de sa protection à l’échelle internationale

***

Espérons que ça marche !!!

Et que l’on puisse encore voir ce magnifique oiseau,

dans le ciel du Midi …

Non, je ne suis pas partie en vacances …

C’est mon Mac, qui lui, avait besoin

d’une bonne cure de désintoxication,

d’une cure d’amaigrissement,

et d’une grosse cure de jeunesse …

Ce n’est pas encore terminé, mais c’est en bonne voie …

Merci Laurent !!!

Depuis que je n’ai rien écrit,

nous avons eu un nouveau petit chat .

Il est né dans une zone du jardin où poussent beaucoup d’orlayas (Orlaya grandiflora),

à l’ombre d’un vieil olivier où Kréole, sa maman,

s’était installée pour l’occasion …

Le voilà !

Espiègle,

toujours prêt à se faufiler entre les vieilles pierres du jardin,

blanc avec juste quelques taches tigrées, comme sa maman,

et de grands yeux couleur bleu océan …

Nous l’avons appelé “Orlaya”

Mais voilà,

en grandissant ses beaux yeux bleus ont changé de couleur …

Aujourd’hui, il a l’oeil gauche toujours bleu …

mais le droit est devenu vert …

Etrange, non ???

Mais toujours adorable !!!

Il est venu le temps des cathédrales …

Non, je ne vais pas vous parler de ce fameux spectacle,

inspiré du roman de Victor Hugo “Notre Dame de Paris”,

qui a remis au goût du jour les comédies musicales

et fait connaître au monde entier de nouveaux artistes :

Garou, Hélène Segara, Patrick Fiori, et bien d’autres .

Jouée, plus de 4500 fois, elle a été vue par plus de 8,5 millions de spectateurs … Plusieurs équipes l’ont jouée pendant 20 ans …

Non, je vais vous parler du”vrai temps des cathédrales”…

le temps de leur construction .

Après le XII ème siècle, les hommes ont appris de nouvelles méthodes de construction .

Finies les églises romanes, toutes en rondeurs,

sombres, humides, aux murs épais,

à nous les grandes cathédrales plus hautes, plus élancées,

les façades entièrement sculptées, les vitraux …

Chaque ville veut SA cathédrale : Paris bien sûr, mais aussi Amiens, Reims, Nantes, Strasbourg, Chartres …

Vous en connaissez certainement d’autres …

Aujourd’hui, toutes sont classées sur la liste des Monuments Historiques .

Elles ont, toutes ce petit panneau qui le signale :

Pourquoi ce dessin ,

Et pourquoi un labyrinthe ?

C’est toute une histoire …

En 1985, en France, le Ministère de la Culture,

cherche un logotype pour signaler nos monuments historiques.

Les graphistes chargés de sa conception,

pensent aux cathédrales …

presque toutes classées “Monument Historique”…

Et presque toutes ont (ou avaient) un labyrinthe …

Choisir un labyrinthe d’église ? Mais lequel ?

Ils trouvent une anecdote …

Ils choisissent le labyrinthe de la cathédrale de Reims.

***

La petite histoire …

Le labyrinthe de la cathédrale de Reims a été construit en 1286.

Il était constitué de pierres noires.

Il représentait le chemin de pèlerinage que devaient faire les croyants, qui le parcouraient généralement à genoux .

Seulement, voilà !!!

Pendant l’office, les enfants s’amusaient à se perdre sur le labyrinthe, ce qui énervait fortement les prêtres …

En 1779, les chanoines ont ordonné sa destruction …

Les graphistes ont trouvé !!!

Juste un quart de tour, le carré devient losange,

du rouge pour remplacer le noir,

et le logo des monuments historiques est créé.

Vous pouvez le trouver aussi sur les panneaux indicateurs du bord des routes .

Il suffit que le monument historique soit ouvert à la visite.

***

Labyrinthe de la cathédrale de Reims … suite

De nos jours, les progrès techniques aidant, le labyrinthe est toujours présent, grâce à la projection de son dessin,

à son ancien emplacement …

… Et on peut l’éteindre s’il y a des enfants …

Notre-Dame de Paris brûle …

Ce 15 Avril 2019, nous étions à Briançon

(notre petit-fils travaille à l’hôpital)

Il avait un problème de voiture et les études de biologie ne préparent pas vraiment à faire de la mécanique …

Son problème réglé, la veille nous étions allés au restaurant “l’Alpin” situé dans le vieux Briançon (Un régal !!!)

Mais ce jour-là, il avait insisté pour nous inviter à dîner, chez lui (En fait, il loge chez ses autres grands-parents qui possèdent un chalet sur les hauteurs).

Et là, pendant le repas, il reçoit un SMS d’une amie :

“C’est terrible ce qui se passe à Paris !”

message suivi d’une petite vidéo … de Notre-Dame en feu …

Accident, attentat, casseurs ???

On avait tous vu les images montrant le saccage de l’Arc de Triomphe …

Rentrés à notre chambre d’hôtel, nous regardons, stupéfaits, le spectacle de la destruction de Notre Dame …

Le lendemain, bien sûr, la presse ne parlait que de ça !

***

Cette semaine, la poste a sorti un bloc de timbre représentant les façades de Notre Dame . Il est le début d’une série qui s’étalera sur toute la période de sa reconstruction.

Message de La Poste

Une émotion intense a étreint le monde lorsque le 15 avril 2019, Notre-Dame de Paris fut la proie d’un terrible incendie. Très vite, après le temps de la sidération, vint celui de la solidarité. Des initiatives se sont multipliées pour accompagner le projet de restauration de la cathédrale. 

Maurice de Sully, évêque de Paris, en pose la première pierre en 1163. Sa construction durera plus d’un siècle, mais elle ne cessera par la suite, au gré des secousses de l’histoire de se modifier, de s’embellir. Vandalisée à la Révolution, la vieille cathédrale se réinvente au XIXe siècle grâce à Victor Hugo, qui lui redonne vie par son roman « Notre- Dame de Paris », et à l’architecte Viollet-le-Duc qui sera chargé de la réfection de l’édifice (1844-1864). 

Tout au long de son histoire, Notre-Dame a accueilli des papes, des rois et des empereurs. Au XIIIe siècle, le roi Saint Louis y a présenté la Couronne d’épines du Christ ; en 1804, Napoléon Ier y fut sacré. On y a chanté bien des Te Deum pour marquer les heures glorieuses de notre histoire, le Magnificat célébrant le triomphe du peuple de Paris libéré en 1944.

Ce fut aussi, à l’époque contemporaine, le lieu des funérailles nationales. Lieu de culte catholique, mémoire vive de notre nation, Notre-Dame est aussi le point de rencontre de millions d’hommes et de femmes de toutes cultures et de toutes langues. Et sa façade dont la beauté faite de grandeur et de légèreté, d’harmonie et d’équilibre, de splendeur et de sérénité nous dit le message chrétien de l’Incarnation. 

Sa contemplation nous fait héritiers de ses bâtisseurs :

les tailleurs qui ont marqué de leur signature ces pierres assemblées en voûtes ou arcs boutants, les sculpteurs qui les ont transformées en saints, gargouilles ou chimères.

Ce « livre de pierres », qui raconte plus de 850 ans de notre histoire, nous est confié. À nous d’en écrire les prochains chapitres… 

© La Poste – Fabienne Azire et Jean-Pierre Cartier – Tous droits réservés 

(Si vous êtes philatélistes,

vous avez, peut-être reçu ce document)

***

Il y a quelques années, nous avions fait un petit séjour à Paris avec notre petit-fils : Tour Eiffel, Grande Galerie de l’évolution, Zoo de Vincennes, balade en bateau sur la Seine,

et le feu d’artifice du 14 Juillet …

Bref, tout ce qui peut intéresser un enfant de 4 ans …

Nous l’avions aussi amené sur le parvis de Notre-Dame, pour lui montrer “le Point Zéro”.

C’est quoi, le Point Zéro ???

A l’origine, c’est une borne kilométrique, qui matérialise le point de départ de toutes les routes de France …

C’est Louis XV qui en a fait la demande … en 1786.

Il suffisait (bof, pas facile à l’époque …)

de partir du centre de n’importe quelle ville de France,

et de mesurer la distance en Km,

jusqu’au parvis de Notre-Dame …

Au départ, ce n’était qu’une borne en pierre, mais aujourd’hui, c’est une dalle avec la Rose des Vents

Bon départ, Petit Maël !!!

***

Mais pourquoi sur le parvis de Notre-Dame ???

Il y aurait eu, à cet endroit, une chapelle en hommage à Saint Christophe … qui (comme on le sait …) était le protecteur des voyageurs …

Quand j’étais enfant, ma grand-mère suspendait toujours sur le tableau de bord de notre voiture, une médaille de Saint-Christophe …

Elle nous laissait partir sans crainte,

étant sûre que Saint-Christophe veillerait sur nous …

***

Allez, Notre-Dame,

reviens nous au temps de ta splendeur !!!

Une drôle de chenille …

Regardez ce que j’ai trouvé sur mes arbousiers !

Je l’avais déjà rencontrée, une autre année, sur un cotoneaster lacteus et une autre fois sur mes chênes verts.

Elle est curieuse avec ses rayures jaunes sur fond gris et sa tête orangée …

Mais le plus drôle, c’est sa façon de se déplacer …

Trois paires de pattes à l’avant, trois paires à l’arrière …

Pour se déplacer, elle accroche ses pattes avant sur une branche, et ramène ensuite ses pattes arrière …

et ainsi de suite…

Elle peut aussi, si elle se sent menacée,

se maintenir droite, fixée sur ses pattes arrière …

Elle se confond alors avec les branches de son support …

Cette façon de se déplacer ne vous rappelle rien ?

Vous n’avez jamais vu un géomètre mesurer un grand terrain avec une chaîne d’arpenteur ?

Non ? Il fait exactement pareil … Il pose sa chaîne d’arpenteur au sol, puis il ramène le bout au début … Il n’a qu’à compter le nombre de fois où il a déplacé sa chaîne et il connaît la longueur du terrain. Si sa chaîne mesure 20 m et qu’il l’a déplacée 4 fois, il sait que son terrain mesure 80 m.

Les biologistes n’ont pas trop cherché pour leur trouver un nom : ils ont appelé toutes les chenilles qui emploient ce système de déplacement …

des chenilles arpenteuses

et elles appartiennent à la famille des Geometridae

Amusant, non ?

Voilà sa chrysalide, colorée au début, presque noire ensuite …

Quant au papillon, je ne l’ai jamais vu sortir …

Il m’a fallu chercher sur internet pour voir à quoi il ressemblait …

Si vous vous intéressez aux papillons,

je vous recommande ce site

On y apprend, entre autres, que ce papillon pond des oeufs … verts …

Etrange, non ???

Un site à conserver, à consulter tous les matins !!!

C’est, LE site officiel à consulter avant toute activité,

pour faire face au risque incendie dans le Gard :

 https://www.risque-prevention-incendie.fr/gard/

Il est actualisé tous les jours jusqu’au 15 septembre.

Un arrêté préfectoral définit ce qui est interdit en fonction du classement risque de la journée.

Dans l’Hérault on envisage l’interdiction de circuler dans certaines zones à risque. 

Les Bouches du Rhône appliquent cette mesure depuis plusieurs années. 

Dans le Gard cette mesure est laissée le plus souvent,

à l’appréciation des autorités locales

(exemple la zone rouge à Bezouce).

Ci-dessus : exemple pour la journée du 11 Juillet 2020

Naissances …

En nous promenant dans notre garrigue,

nous avons trouvé un nid, à environ 40 cm du sol, dans les broussailles, bien tapissé d’herbes sèches.

A l’intérieur : 3 oeufs, d’un gris légèrement bleuté, très pâle, taché de marques brunes plus importantes vers le bas …

A qui appartenaient ces oeufs ???

Pour le savoir, il fallait observer la venue de la femelle …

Observer de loin, faire des photos, avec un gros télé, sans faire de bruit, de peur de déranger la maman, qui pourrait alors abandonner sa couvée.

C’était le 14 Juin !

JF y est allé plusieurs fois, avec son appareil photo,

mais pas de changement apparent … Et puis, un jour …

Les bébés étaient nés : peau nue sans aucun duvet …

C’était le 27 Juin

Le lendemain, la maman était là !

En voyant son oeil cerclé de rouge brique,

j’ai su tout de suite que c’était elle, c’était sûr !

La Fauvette mélanocéphale !

Elle, qu’on avait vue tout l’hiver venir à la mangeoire.

Quelques jours après, les bébés avaient bien grossi et étaient couverts de petites plumes.

C’était le 5 Juillet …

Trois jours après, quand nous sommes retournés voir le nid …

Il était vide !!!

Bonne chance, les petits !!!

***

Voilà un montage de deux photos faites cet hiver .

C’est un mâle.

Corps gris, tête recouverte d’une calotte noire, gorge blanche.

La femelle est plus claire, dans des tons de brun.

Sa calotte est grise .

Mais toujours, aussi bien chez le mâle que chez la femelle, l’oeil cerclé de rouille.

Fauvette mélanocéphale

(Sylvia melanocephala)

Capture d’écran tirée du site

https://www.oiseaux.net

que je vous invite à utiliser .

Vous saurez tout sur les oiseaux, et même, vous pourrez écouter leur chant.

A bientôt !!!