Rangiroa : balade au lagon bleu

Il pleut, les vagues sont énormes, le vent souffle en rafales …

Toutes les excursions en groupe organisées par l’hôtel sont annulées …

Heureusement, nous avons réservé une excursion , juste pour nous deux .

Le capitaine est inquiet : il nous demande si nous avons le mal de mer …

si on n’est pas malade en bateau … Parce que … ça va cogner ! et il faut traverser tout le lagon pour arriver au lagon bleu …

Non, nous ne sommes pas malades en bateau et nous ne craignons pas les grosses vagues …

Alors allons-y !!!

Et nous voilà partis pour la journée …

Dans le cercle du haut : l’hôtel

Dans celui à gauche : le lagon bleu

Le voilà vu d’avion !!!

Effectivement, les vagues sont énormes … Nous sommes trempés et cela nous fait rire, ce qui rassure, un peu, notre capitaine.

Arrivés de l’autre côté du lagon, la mer est calme et le soleil donne au sable des reflets roses.

Avec masque et tuba, nous traversons le lagon bleu pour arriver sur un petit motu …

où notre capitaine nous a préparé un super petit repas …

Nous partons explorer le motu, couvert de cocotiers

De loin , le lagon est vraiment bleu !!!

Notre guide porte même notre sac à dos avec masques et tubas … Et malgré nos protestations confuses continue la balade avec notre sac … Il veut nous montrer des oiseaux et il nous laisse juste chargés de nos appareils photo

Ce sont des sternes blanches appelées aussi Gygis blanches. Cet oiseau a la particularité de pondre , son seul oeuf directement sur une branche (sans nid). Sa coquille étant souple, elle épouse la forme du tronc !

La sterne blanche se nourrit principalement de poisson, surtout de poisson-volant.

En Polynésie, elle est l’amie des pêcheurs , car sa présence signale un banc de poissons.

Son nom polynésien est ‘itata’e

Un peu plus loin, un groupe de noddis bruns . Eux aussi se nourrissent de poissons, eux aussi nichent dans les cocotiers, mais en construisant un nid.

Et voilà, c’est bientôt l’heure de repartir … Notre bateau nous attend.

Inutile de vous dire que le retour a été encore plus difficile que l’aller … des vagues, du vent, des gerbes d’eau dans le bateau … Nos K-way trempés … Heureusement notre capitaine avait prévu des cirés jaunes de pêcheur …

Quelle bonne idée !!!

Le lendemain, nous aurons quelques « bleus » et beaucoup de courbatures, mais sans aucun regret … la balade était si belle !!!

Un atoll : Rangiroa

Notre hôtel se trouve dans le cercle blanc …

… près de la passe de Tiputa

Bungalow plage, bungalow pilotis, villa …

Pour ce voyage nous avons choisi la villa …

Villa, piscine, Immense chambre, coin bureau, grande salle de bain avec douche …

Mais on peut aussi prendre un bain dans la baignoire installée dans le jardin …

Tout est beau, même le petit plat pour poser les clés est sculpté de dessins polynésiens

Dans notre jardin, des arbustes de Tiaré et bien d’autres plantes visitées tous les jours par de belles libellules …

Le tout entouré par d’épais murs en pierre … On est chez nous !!!

Tout autour des villas et des bungalows, de grands palmiers : on en a trouvé quatre espèces différentes, dont les cocotiers, bien sûr !

Loin, dans le lagon, l’Aranui !

Au départ, l’Aranui était un cargo ravitailleur pour les îles Marquises. Puis, quelques cabines ont été ajoutées pour des touristes …

Dans toute la Polynésie, les lustres sont décorés de coquillages : petits coquillages blancs, coquilles d’huitres … On en trouve dans tous les hôtels.

Après le repas, excellent, nous allons sur la plage admirer le coucher de soleil …

Allez, au lit ! car demain on part en balade …

Bora Bora, c’est fini !

Dernier petit déjeuner …

En rentrant, nous aurons certainement dans notre chambre le programme du départ .

D’habitude c’est très succinct :

-Régler le séjour à 8h00

-Valises prêtes dans votre bungalow à 8h30

-Départ du bateau à 8h45

Merci pour votre séjour !

Mais là, nous avons trouvé la lettre de fin de séjour assez amusante :

la voici

EPSON MFP image

***

En route pour l’atoll de Rangiroa !

Souvenez-vous ! Je vous ai expliqué la formation des îles hautes : un volcan souterrain qui sort de terre, puis qui s’éteint et qui s’enfonce petit à petit dans la mer… jusqu’à disparaître complètement !!!

Il ne reste alors que la barrière de corail qui entoure le lagon.

Finies les îles hautes , nous voici sur un atoll !

Le vent, les vagues apportent du sable, des branchages … formant ainsi de petits îlots sur la barrière de corail, rapidement couverts de cocotiers. On appelle ça le « motu »

Photo Google Maps

C’est là que s’installent les villages de pêcheurs, les hôtels … et l’aéroport.

Nos trois prochains séjours seront sur des atolls : Rangiroa, Fakarava, Tetiaroa

Photo Google Maps

Voilà Rangiroa, avec un autre atoll plus petit où nous avons déjà séjourné : Tikehau

Quelques vues d’avion de Rangiroa :

La barrière de corail est entrecoupée de passes, qui permettent le renouvellement de l’eau du lagon, la circulation des bateaux et de différents animaux marins … Comme les baleines qui ont l’habitude de rentrer dans le lagon pour la mise bas.

Certaines passes sont souvent dangereuses, difficiles à franchir pour les petits bateaux de pêcheurs .

Ex : la passe de Maupiti

La légende raconte que sur l’atoll de Hao, pour franchir la seule passe existante, il fallait demander l’autorisation à la déesse Kaki … Il fallait connaître « le mot de passe » … Ceux qui passaient outre avaient souvent des « accidents ».

à suivre …

Encore un peu de Bora Bora

Le reste de notre séjour, nous serons plus souvent dessous que dessus …

Quelques photos, sans commentaire …

Petites cages en fer pour l’élevage des coraux …

Ces petites cages sont reliées à des panneaux photovoltaïques, l’électricité favorisant la synthèse du calcaire …

Un picasso … si, si, c’est son nom !
Des bénitiers de toutes les couleurs …

A suivre !!!

A propos d’un drôle atterrissage …

Bonjour, je n’ai pas pour habitude de mettre en avant un des commentaires du blog … Mais là, c’est différent !

Erebus, ami de longue date, et lecteur du blog, a raconté dans son dernier commentaire, son atterrissage en Polynésie, sur l’aéroport de Papeete …

On peut en rire, car il n’y a pas eu de blessé … Mais, de justesse …

Auteur : EREBUS

Commentaire : 

Exact, 1er octobre 1993 pour nous. Un 747 dans le lagon, il avait été un petit peu long, pas de beaucoup mais sorti de la piste tout de même. En arrivant à FAA on pouvait voir ce pauvre avion qui avait été « démaquillé », plus de traces AF….va savoir pourquoi, qui avait été sorti de l’eau, plus de réacteurs je crois et qu’il était en phase de réparations !

Sélectionner et cliquer sur le lien ci-dessous  pour ouvrir le document

http://www.crashdehabsheim.net/autre%20crash%20a%20Tahiti.htm

Bora Bora … la suite

C’est l’heure du repas … Nous montons au restaurant où nous nous installons sur la terrasse :

Cocktail champagne, petits légumes marinés,

fruits de mer en sauce légère …

Boules de glace enfermées dans une « fleur » de meringue pour moi, glace à la vanille dans une coque en chocolat épicé pour JF ……

Du cocktail au champagne jusqu’au dessert, ce repas est excellent !!!

Tout cela devant un très beau coucher de soleil, bonne nuit !

***

Le lendemain matin, nous grimpons tout en haut de la colline, derrière l’hôtel.

Après la mare aux nénuphars, le sentier grimpe fortement , mais le point de vue en vaut la peine …

Ces cônes en osier cachent de confortables fauteuils pour une petite pause en observant le paysage

D’un côté, le Mont Otemanu, de l’autre le lagon et l’océan …


Au loin, l’océan se déchaîne !!!

***

A notre dernier passage, il y a quatre ans, nous avions été intrigués par cet arbre, très grand, qui dominait le reste de la végétation …

Une fois, à côté … Surprise !!!

l’arbre était un faux, fait de bois et de plastique installé là, juste pour cacher le relais téléphonique de l’hôtel, et pour ne pas gâcher le paysage !!!

Mes amis botanistes, de façon très humoristique,

avaient surnommé cette « nouvelle espèce » :

Pseudoaraucaria telecomuniquensis

***

L’après midi, nous partons en balade en bateau …

Il nous amène voir des raies

Tous les deux, à l’avant du bateau …

Malheureusement, le ciel est très couvert ...

Mais les raies sont bien là !


Et quelques requins pointe noire , aussi !

Malgré les nuages, de grosses gouttes de pluie, nous avons passé une excellente journée !!!

Polynésie, Bora Bora

Ah, Bora Bora !

Une montagne, (Mont Otemanu 727 m d’altitude) entourée d’un superbe lagon qui, selon sa profondeur et l’heure de la journée va se parer de 50 nuances de bleu :

Bleu ciel, bleu turquoise, bleu horizon, bleu marine, bleu nuit, outremer, indigo et même lavande …

On ne s’en lasse pas !

Bora Bora vue d’avion

Petite explication :

Les îles de Polynésie sont nées de l’éruption de volcans sous-marins, qui, petit à petit sont sortis de l’eau en créant des montagnes.

Bientôt des coraux qui aiment les eaux chaudes, vont s’installer sur les bords du volcan.

Il faut se souvenir que la plaque océanique se déplace . Elle glisse de quelques millimètres par an …

La bouche du volcan (le point chaud) reste fixe …

Bientôt la montagne ne sera plus alimentée par son volcan sous-marin …

Non seulement elle ne grandira plus, mais elle va rapetisser …

D’abord à cause de l’érosion naturelle ( vent, pluies …), ensuite, parce qu’elle va s’enfoncer dans la mer, à cause de son poids.

Quant aux coraux ils continuent de se développer en créant des récifs coralliens … qui quelquefois se brisent, laissant entrer l’océan dans l’espace libre entre la montagne et la barrière de corail.

C’est ce qu’on appelle « le lagon ».

A ce stade, ces volcans éteints sont appelés « les îles hautes »

Les îles hautes les plus connues et les plus visitées sont Tahiti, Moorea, Bora Bora, Maupiti …

Tahiti dans la brume …
Coucher de soleil sur Moorea, vue de Tahiti …
Bora Bora vue d’avion …
Maupiti, vue de la plage …

Mais il y en a bien d’autres, plus discrètes, mais pleines de charme : Huahine, Taha’a, Raiatea …

Mais revenons à Bora Bora !

C’est notre 4ème séjour sur cette île.

On en a fait le tour plusieurs fois : à pied, en vélo, en voiture …

Les paysages sont tous superbes !!!

Pour ce voyage, nous avons choisi de profiter du lagon, dessus et dessous …

Le survol en avion fait rêver … Exactement ce qu’on imagine quand on parle de la Polynésie …

Notre hôtel se trouve à la Pointe Matira …

Photos Google Maps
Nous avons choisi ce bungalow, car sa situation permet de voir les très beaux couchers de soleil …

Nous sommes au Sofitel Bora Bora Private Island

Sitôt installés, nous plongeons dans le lagon …

A bientôt !!!

Polynésie : l’arrivée

Tous les contrôles effectués, nous pouvons monter dans l’avion …

pour 22 heures de vol …

Le panneau indique que le temps est couvert et qu’il pleut ???

Impossible à Tahiti !

Et pourtant !

L’aéroport de Papeete/Fa’a’a se trouve à l’Ouest de Papeete, sur la petite commune de Fa’a’a, d’où son nom.

De l’autre côté de Papeete se trouve la très belle baie de Matavai.

C’est là qu’abordèrent les premiers navigateurs découvreurs de Tahiti.

Samuel Wallis, d’abord, puis deux ans après, un jeune officier de la Royal Navy : James Cook.

Il avait une mission précise …

Le 3 Juin 1769, la planète Vénus devait passer devant le Soleil … Cela permettrait aux savants de l’époque de calculer la distance exacte de la Terre au Soleil …

L’Endeavour jette l’ancre dans la baie de Matavai. A l’ouest se trouve un petit promontoire , propice à l’observation du ciel .

Un petit fort d’une hauteur de 25 m , fait de pierres et de coraux, y est construit. Plus tard, il sera surélevé et deviendra un phare … et le petit promontoire prendra le nom de « Pointe Vénus »

Mais, pour le moment, nous avons un autre avion à prendre,

Celui qui nous mènera à Bora Bora !!!

Polynésie : le voyage …

Valises, papiers prêts, un dernier câlin aux chats … Et nous voilà partis !

Lèdenon/ Aéroport de Marseille … Place de Parking réservée depuis longtemps . Tout va bien !

Nous avons le temps de reprendre un petit déjeuner : café / croissants !

Vol Marseille/Paris : très bien !

A Roissy, attente dans le salon d’Air France : repas, boissons, lecture, une idée géniale !

Vol Paris/Papeete avec un transit de 2h à Los Angeles …

Comment dire ???

C’est toujours compliqué de rentrer sur le territoire américain !!!

  • D’abord, avant de partir (au moins un mois à l’avance ) il faut demander une ESTA (Electronic System for Travel Authorization), sur un site spécial des USA
  • Et là, vous devez remplir une liasse de papiers… Au début, c’est facile, il faut juste recopier les renseignements de votre passeport .
  • Mais ensuite, ça se complique, avec une série de questions :
  • Est-ce que vous avez travaillé dans une ferme ?
  • Est-ce que vous avez voyagé dans … et là, il y a une liste assez imposante de pays susceptibles d’être des ennemis des Etats Unis !!!
  • Bref, ils estiment eux-mêmes, que le temps moyen pour remplir cette demande est de 22 mn … Enfin si tout va bien, car il suffit d’une majuscule en trop ou en moins pour être obligé de tout refaire … Ouf, c’est fini !!! Ah non, j’allais oublier : il faut payer 14 USD/personne …
  • Vous recevrez la réponse dans une quinzaine de jours …

Arrivés à Los Angeles, les contrôles sont assez cocasses …

Vous sortez de l’avion avec vos bagages à mains (déjà contrôlés à Marseille et à Roissy).

On vous rassemble dans un grand espace clos et on vous re-contrôle !!! On vous prend en photo, on la compare à celle de votre passeport. (fait, il y a presque 10 ans …) Une machine prend vos empreintes de la main gauche et de la main droite … Si tout va bien, on vous donne votre carte d’embarquement.

C’est le tour des bagages :

Vous devez placer toutes vos affaires sur un tapis roulant : bagage à main, ordinateur, tablette, portable, appareils photos, sortis des sacs, et même vos chaussures …

A votre tour maintenant de passer sous le portique … Si la lumière est verte, vous pouvez récupérer vos bagages .

Mais si elle est rouge …. Inspection !!!

Messieurs, pensez à prendre une ceinture sans boucle métallique (JF a résolu le problème, il met sa ceinture de judo …)

Mesdames, enlevez vos barrettes, et surtout, ne portez aucun sous-vêtement avec des baleines métalliques …

Vous sortez de là, à moitié déshabillés, pieds nus, en essayant de récupérer vos bagages (Portable, ordi, tablette, appareils photo, chaussures …) qui continuent à tourner sur le tapis, sans aucune surveillance …

Je comprends, qu’après le 11 Septembre, les contrôles soient plus poussés qu’avant . Mais, cela frise parfois le ridicule …

Nous repartons enfin !!!

Ouf ! Nous sommes arrivés à Papeete !!!

Le retour !!!

Bonjour , me revoilà !!!

Vous avez été nombreux à vous inquiéter …

D’abord, discrètement :

« Je ne reçois plus tes messages »

« Tu m’as rayé de ta liste d’abonnés ? »

Puis, plus interrogatifs :

« Tu vas bien ? »

« Tu as un problème ? »

Et oui, j’ai eu un problème …

J’ai eu ce qu’on appelle « un passage à vide ! »

Curiosité de la langue française qui l’explique par un « trop plein » d’activités « Trop plein » : ce qui déborde …

Bref, mon cerveau était en panne !

Pourtant, j’avais des idées et des choses à dire, mais je n’arrivais pas à écrire la moindre phrase …

Je n’avais plus envie de rien, même pas de faire ce beau voyage, pourtant réservé en Janvier et préparé avec un grand plaisir … Presque avec gourmandise …

Mais là, je n’avais même plus envie de partir …

Les réservations étaient faites … alors nous sommes partis …

Cela m’a fait un bien fou !!!

Juste quelques photos …

La Polynésie sens dessus dessous …