Non, je ne suis pas partie en vacances …

C’est mon Mac, qui lui, avait besoin

d’une bonne cure de désintoxication,

d’une cure d’amaigrissement,

et d’une grosse cure de jeunesse …

Ce n’est pas encore terminé, mais c’est en bonne voie …

Merci Laurent !!!

Depuis que je n’ai rien écrit,

nous avons eu un nouveau petit chat .

Il est né dans une zone du jardin où poussent beaucoup d’orlayas (Orlaya grandiflora),

à l’ombre d’un vieil olivier où Kréole, sa maman,

s’était installée pour l’occasion …

Le voilà !

Espiègle,

toujours prêt à se faufiler entre les vieilles pierres du jardin,

blanc avec juste quelques taches tigrées, comme sa maman,

et de grands yeux couleur bleu océan …

Nous l’avons appelé “Orlaya”

Mais voilà,

en grandissant ses beaux yeux bleus ont changé de couleur …

Aujourd’hui, il a l’oeil gauche toujours bleu …

mais le droit est devenu vert …

Etrange, non ???

Mais toujours adorable !!!

Notre-Dame de Paris brûle …

Ce 15 Avril 2019, nous étions à Briançon

(notre petit-fils travaille à l’hôpital)

Il avait un problème de voiture et les études de biologie ne préparent pas vraiment à faire de la mécanique …

Son problème réglé, la veille nous étions allés au restaurant “l’Alpin” situé dans le vieux Briançon (Un régal !!!)

Mais ce jour-là, il avait insisté pour nous inviter à dîner, chez lui (En fait, il loge chez ses autres grands-parents qui possèdent un chalet sur les hauteurs).

Et là, pendant le repas, il reçoit un SMS d’une amie :

“C’est terrible ce qui se passe à Paris !”

message suivi d’une petite vidéo … de Notre-Dame en feu …

Accident, attentat, casseurs ???

On avait tous vu les images montrant le saccage de l’Arc de Triomphe …

Rentrés à notre chambre d’hôtel, nous regardons, stupéfaits, le spectacle de la destruction de Notre Dame …

Le lendemain, bien sûr, la presse ne parlait que de ça !

***

Cette semaine, la poste a sorti un bloc de timbre représentant les façades de Notre Dame . Il est le début d’une série qui s’étalera sur toute la période de sa reconstruction.

Message de La Poste

Une émotion intense a étreint le monde lorsque le 15 avril 2019, Notre-Dame de Paris fut la proie d’un terrible incendie. Très vite, après le temps de la sidération, vint celui de la solidarité. Des initiatives se sont multipliées pour accompagner le projet de restauration de la cathédrale. 

Maurice de Sully, évêque de Paris, en pose la première pierre en 1163. Sa construction durera plus d’un siècle, mais elle ne cessera par la suite, au gré des secousses de l’histoire de se modifier, de s’embellir. Vandalisée à la Révolution, la vieille cathédrale se réinvente au XIXe siècle grâce à Victor Hugo, qui lui redonne vie par son roman « Notre- Dame de Paris », et à l’architecte Viollet-le-Duc qui sera chargé de la réfection de l’édifice (1844-1864). 

Tout au long de son histoire, Notre-Dame a accueilli des papes, des rois et des empereurs. Au XIIIe siècle, le roi Saint Louis y a présenté la Couronne d’épines du Christ ; en 1804, Napoléon Ier y fut sacré. On y a chanté bien des Te Deum pour marquer les heures glorieuses de notre histoire, le Magnificat célébrant le triomphe du peuple de Paris libéré en 1944.

Ce fut aussi, à l’époque contemporaine, le lieu des funérailles nationales. Lieu de culte catholique, mémoire vive de notre nation, Notre-Dame est aussi le point de rencontre de millions d’hommes et de femmes de toutes cultures et de toutes langues. Et sa façade dont la beauté faite de grandeur et de légèreté, d’harmonie et d’équilibre, de splendeur et de sérénité nous dit le message chrétien de l’Incarnation. 

Sa contemplation nous fait héritiers de ses bâtisseurs :

les tailleurs qui ont marqué de leur signature ces pierres assemblées en voûtes ou arcs boutants, les sculpteurs qui les ont transformées en saints, gargouilles ou chimères.

Ce « livre de pierres », qui raconte plus de 850 ans de notre histoire, nous est confié. À nous d’en écrire les prochains chapitres… 

© La Poste – Fabienne Azire et Jean-Pierre Cartier – Tous droits réservés 

(Si vous êtes philatélistes,

vous avez, peut-être reçu ce document)

***

Il y a quelques années, nous avions fait un petit séjour à Paris avec notre petit-fils : Tour Eiffel, Grande Galerie de l’évolution, Zoo de Vincennes, balade en bateau sur la Seine,

et le feu d’artifice du 14 Juillet …

Bref, tout ce qui peut intéresser un enfant de 4 ans …

Nous l’avions aussi amené sur le parvis de Notre-Dame, pour lui montrer “le Point Zéro”.

C’est quoi, le Point Zéro ???

A l’origine, c’est une borne kilométrique, qui matérialise le point de départ de toutes les routes de France …

C’est Louis XV qui en a fait la demande … en 1786.

Il suffisait (bof, pas facile à l’époque …)

de partir du centre de n’importe quelle ville de France,

et de mesurer la distance en Km,

jusqu’au parvis de Notre-Dame …

Au départ, ce n’était qu’une borne en pierre, mais aujourd’hui, c’est une dalle avec la Rose des Vents

Bon départ, Petit Maël !!!

***

Mais pourquoi sur le parvis de Notre-Dame ???

Il y aurait eu, à cet endroit, une chapelle en hommage à Saint Christophe … qui (comme on le sait …) était le protecteur des voyageurs …

Quand j’étais enfant, ma grand-mère suspendait toujours sur le tableau de bord de notre voiture, une médaille de Saint-Christophe …

Elle nous laissait partir sans crainte,

étant sûre que Saint-Christophe veillerait sur nous …

***

Allez, Notre-Dame,

reviens nous au temps de ta splendeur !!!

Un site à conserver, à consulter tous les matins !!!

C’est, LE site officiel à consulter avant toute activité,

pour faire face au risque incendie dans le Gard :

 https://www.risque-prevention-incendie.fr/gard/

Il est actualisé tous les jours jusqu’au 15 septembre.

Un arrêté préfectoral définit ce qui est interdit en fonction du classement risque de la journée.

Dans l’Hérault on envisage l’interdiction de circuler dans certaines zones à risque. 

Les Bouches du Rhône appliquent cette mesure depuis plusieurs années. 

Dans le Gard cette mesure est laissée le plus souvent,

à l’appréciation des autorités locales

(exemple la zone rouge à Bezouce).

Ci-dessus : exemple pour la journée du 11 Juillet 2020

Naissances …

En nous promenant dans notre garrigue,

nous avons trouvé un nid, à environ 40 cm du sol, dans les broussailles, bien tapissé d’herbes sèches.

A l’intérieur : 3 oeufs, d’un gris légèrement bleuté, très pâle, taché de marques brunes plus importantes vers le bas …

A qui appartenaient ces oeufs ???

Pour le savoir, il fallait observer la venue de la femelle …

Observer de loin, faire des photos, avec un gros télé, sans faire de bruit, de peur de déranger la maman, qui pourrait alors abandonner sa couvée.

C’était le 14 Juin !

JF y est allé plusieurs fois, avec son appareil photo,

mais pas de changement apparent … Et puis, un jour …

Les bébés étaient nés : peau nue sans aucun duvet …

C’était le 27 Juin

Le lendemain, la maman était là !

En voyant son oeil cerclé de rouge brique,

j’ai su tout de suite que c’était elle, c’était sûr !

La Fauvette mélanocéphale !

Elle, qu’on avait vue tout l’hiver venir à la mangeoire.

Quelques jours après, les bébés avaient bien grossi et étaient couverts de petites plumes.

C’était le 5 Juillet …

Trois jours après, quand nous sommes retournés voir le nid …

Il était vide !!!

Bonne chance, les petits !!!

***

Voilà un montage de deux photos faites cet hiver .

C’est un mâle.

Corps gris, tête recouverte d’une calotte noire, gorge blanche.

La femelle est plus claire, dans des tons de brun.

Sa calotte est grise .

Mais toujours, aussi bien chez le mâle que chez la femelle, l’oeil cerclé de rouille.

Fauvette mélanocéphale

(Sylvia melanocephala)

Capture d’écran tirée du site

https://www.oiseaux.net

que je vous invite à utiliser .

Vous saurez tout sur les oiseaux, et même, vous pourrez écouter leur chant.

A bientôt !!!

Lundi 11 mai 2020 …

C’est la fin du confinement …

Et la rentrée des classes … Ouf !!!

***

C’est l’heure de la récréation .

Non, les enfants, ne vous regroupez pas …

Il faut appliquer la distanciation sociale …

Séparez vous !

Encore, encore !!!

C’est bien, les petits !

Ah, non, les grands, ne vous battez pas ! Rangez-vous !

C’est bien !

Même les jumeaux ont compris !!!

Mais maîtresse, on ne peut pas jouer …

Faites une course, chacun dans sa ligne …

Entraînez-vous !

Il paraît que les compétitions de Formule 1 vont reprendre …

***

Un peu d’humour, cela fait du bien .

Je ne sais pas vous, mais nous, on a bien ri !!!

Jour N°19

Vous avez demandé la lune ?

Elle était bien là, hier soir, très illuminée …

C’est ce qu’on appelle une “Super Lune”

La “Super Lune”,

qu’est ce que c’est ?

C’est la conjugaison de deux phénomènes :

– Non seulement c’était la pleine lune,

mais elle passait au point le plus près de la Terre …

(357 042 km, quand même !)

Elle nous paraît ainsi presque 10% plus grosse

Ce soir, elle sera encore visible

dans d’excellentes conditions.

A demain …

Le salon des orchidées de Vergèze, c’est demain …

Voici quelques photos, prises l’année dernière …

Ne me demandez pas leurs noms … Je ne suis pas du tout une spécialiste … Mais sur le salon, les amis de l’association et les producteurs, vous donneront tous les détails, et vous guideront dans votre choix, si vous vous laissez tenter par un achat …

Bonne visite !!!

Sur vos agendas …

Comptage des oiseaux des jardins …

Samedi 25 et Dimanche 26 Janvier

la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux)

a besoin de nous !

Oh ! Ce n’est pas très difficile,

juste une heure d’observation dans votre jardin

celui du voisin, un jardin public,

ou encore un coin de nature …

Il suffit de compter les oiseaux !

Bien sûr, pour cela la LPO vous aide …

Voici son site :

https://www.oiseauxdesjardins.fr

Sur le côté, à gauche, vous avez accès aux fiches espèces

Exemple : celle du chardonneret

Et ainsi, pour toutes les espèces .

***

Une fois votre comptage terminé, vous devrez remplir les deux fiches récapitulatives :

Ne vous attendez pas à voir tous les oiseaux

mentionnés sur ces fiches …

Un oiseau absent est aussi une indication précieuse !

Et voilà !!!

Bonnes observations…

en espérant une bonne météo …

Salon des orchidées à Vergèze …

Amis des orchidées,

réservez votre dernier week-end de Janvier …

Le salon des orchidées de Vergèze, dans le Gard,

c’est bientôt !!!

Pour vous donner envie d’y aller,

un montage photos

de quelques orchidées exposées l’année dernière …

A bientôt !!!

L’Australie brûle !!!

Voilà ce que l’Australie est en train de perdre …

Cette photo vue sur Facebook ce matin est impressionnante ,

surtout quand on connaît la superficie de l’Australie …

14 fois la France !!!

Il y a quelques années, rentrant d’un gros mois sur la côte Est de ce magnifique pays, j’avais fait un article sur mon blog … Malheureusement d’actualité …

Cela se passait au Nord de Sydney,

dans “le Wollemi National Park” …

Une belle histoire australienne

Il était une fois …

Cela se passe en Australie, en 1994, dans le Parc national de Wollemi,

à 150 Km au Nord-Ouest de Sydney.

Un ranger (David Noble), ayant des talents d’alpiniste,

fait son inspection habituelle dans le parc.

Au fond d’une étroite vallée,

il aperçoit une très grande « fougère arborescente »

qui lui est inconnue.

Intrigué,

(et c’est là que ses talents d’alpiniste vont lui servir) 

il descend dans une gorge très étroite encore inexplorée.

Arrivé au pied de la « fougère »,

et constatant qu’il y en avait une bonne trentaine,

il récupère quelques échantillons de feuillage,

de nombreux petits plants qui poussent aux alentours.

et amène tout cela aux responsables du parc.

***

– Des feuilles vert foncé,

– Une écorce qui ressemble à du chocolat liquide

en train de bouillir,

– Des petits plants qui se sont ressemés tous seuls …

Sa description n’évoque rien de connu aux responsables du parc,

ni aux botanistes du Jardin Botanique de Sydney,

appelés à la rescousse.

***

Une expédition est donc lancée …

***

C’est une espèce nouvelle.

Ils vont d’abord, l’appeler « Wollemi Pine » :

Pin de Wollemi, du nom du parc d’origine.

Il faudra des tests ADN, pour trouver l’appartenance du Pin de Wollemi à la famille des Araucariacées,

qui comprend déjà les genres : Araucaria et Agathis.

Ils créent un nouveau genre Wollemia.

Il sera rebaptisé Wollemia nobilis

(de Noble le nom de son ranger découvreur).

Photos prises au Musée de Brisbane :

– en haut : fossile d’Araucaria datant du Crétacé (95 millions d’années)

– en bas : feuilles séchées de Wollemia nobilis

***

Reste à protéger cette espèce nouvelle !

***

La grande peur des botanistes australiens,

est de perdre l’espèce de façon naturelle : incendies, maladies …

Mais ils craignent aussi les collectionneurs peu scrupuleux,

ainsi que des spéculateurs qui s’empareraient de graines pour les revendre à prix d’or.

***

Plusieurs mesures radicales vont être prises :

1- L’espèce est protégée par la loi, en 1995,

2- Le parc Wollemi est fermé aux promeneurs,

3- Les chercheurs qui travaillent sur le site sont soumis à des mesures sanitaires strictes : (chaussures trempées dans le désinfectant, outils stérilisés …)

4- Le lieu exact de la découverte est tenu secret,

5- Pour contenter les curieux,

quelques spécimens sont plantés dans le Jardin Botanique de Sydney,

6- Une grande campagne de multiplication est lancée : boutures, semis …

7- Enfin, en 2006, un Pin de Wollemi est offert aux plus beaux Jardins Botaniques du Monde.

(Plants prêts pour l’expédition)

Tout cela pour :

– prévenir la perte de la population naturelle,

– arrêter toute spéculation,

– augmenter les chances de préservation de l’espèce.

***

En France, vous pouvez voir un Pin de Wollemi au :

– Jardin des Plantes de Paris,

– Musée du quai Branly,

– Parc de la Tête d’Or à Lyon,

– Parc Phœnix de Nice,

et aussi à Lille, Bordeaux, Nancy, Angers, Monaco …

Malheureusement, l’exemplaire donné au Jardin botanique de Montpellier est mort quelques années après sa plantation.

Malgré cela, cela reste l’une des espèces d’arbres,

les plus rares du monde.

***

Balade au Jardin Botanique de Sydney

***

C’est sous une pluie tenace (il fallait vraiment être motivés…)

que nous sommes partis à la recherche du Pin de Wollemi, dans ce magnifique jardin.

En période de repos, une calotte cireuse d’un blanc rosé protège la pointe.

Si les feuilles matures sont vert foncé, les nouvelles pousses sont vert tendre.

Plus loin, un exemplaire planté en 1995.

***

Mais que restera t-il de cet arbre si rare après les terribles incendies d’aujourd’hui ???

Souvenir d’une journée, au jardin botanique de Sydney …

sous la pluie …

***

Dernière minute !

Ce soir (07/01/2020) à 22h40,

l’émission :”C’est dans l’air” sur la 5,

reprendra le problème des feux australiens.