Polynésie, Bora Bora

Ah, Bora Bora !

Une montagne, (Mont Otemanu 727 m d’altitude) entourée d’un superbe lagon qui, selon sa profondeur et l’heure de la journée va se parer de 50 nuances de bleu :

Bleu ciel, bleu turquoise, bleu horizon, bleu marine, bleu nuit, outremer, indigo et même lavande …

On ne s’en lasse pas !

Bora Bora vue d’avion

Petite explication :

Les îles de Polynésie sont nées de l’éruption de volcans sous-marins, qui, petit à petit sont sortis de l’eau en créant des montagnes.

Bientôt des coraux qui aiment les eaux chaudes, vont s’installer sur les bords du volcan.

Il faut se souvenir que la plaque océanique se déplace . Elle glisse de quelques millimètres par an …

La bouche du volcan (le point chaud) reste fixe …

Bientôt la montagne ne sera plus alimentée par son volcan sous-marin …

Non seulement elle ne grandira plus, mais elle va rapetisser …

D’abord à cause de l’érosion naturelle ( vent, pluies …), ensuite, parce qu’elle va s’enfoncer dans la mer, à cause de son poids.

Quant aux coraux ils continuent de se développer en créant des récifs coralliens … qui quelquefois se brisent, laissant entrer l’océan dans l’espace libre entre la montagne et la barrière de corail.

C’est ce qu’on appelle « le lagon ».

A ce stade, ces volcans éteints sont appelés « les îles hautes »

Les îles hautes les plus connues et les plus visitées sont Tahiti, Moorea, Bora Bora, Maupiti …

Tahiti dans la brume …
Coucher de soleil sur Moorea, vue de Tahiti …
Bora Bora vue d’avion …
Maupiti, vue de la plage …

Mais il y en a bien d’autres, plus discrètes, mais pleines de charme : Huahine, Taha’a, Raiatea …

Mais revenons à Bora Bora !

C’est notre 4ème séjour sur cette île.

On en a fait le tour plusieurs fois : à pied, en vélo, en voiture …

Les paysages sont tous superbes !!!

Pour ce voyage, nous avons choisi de profiter du lagon, dessus et dessous …

Le survol en avion fait rêver … Exactement ce qu’on imagine quand on parle de la Polynésie …

Notre hôtel se trouve à la Pointe Matira …

Photos Google Maps
Nous avons choisi ce bungalow, car sa situation permet de voir les très beaux couchers de soleil …

Nous sommes au Sofitel Bora Bora Private Island

Sitôt installés, nous plongeons dans le lagon …

A bientôt !!!

Polynésie : le voyage …

Valises, papiers prêts, un dernier câlin aux chats … Et nous voilà partis !

Lèdenon/ Aéroport de Marseille … Place de Parking réservée depuis longtemps . Tout va bien !

Nous avons le temps de reprendre un petit déjeuner : café / croissants !

Vol Marseille/Paris : très bien !

A Roissy, attente dans le salon d’Air France : repas, boissons, lecture, une idée géniale !

Vol Paris/Papeete avec un transit de 2h à Los Angeles …

Comment dire ???

C’est toujours compliqué de rentrer sur le territoire américain !!!

  • D’abord, avant de partir (au moins un mois à l’avance ) il faut demander une ESTA (Electronic System for Travel Authorization), sur un site spécial des USA
  • Et là, vous devez remplir une liasse de papiers… Au début, c’est facile, il faut juste recopier les renseignements de votre passeport .
  • Mais ensuite, ça se complique, avec une série de questions :
  • Est-ce que vous avez travaillé dans une ferme ?
  • Est-ce que vous avez voyagé dans … et là, il y a une liste assez imposante de pays susceptibles d’être des ennemis des Etats Unis !!!
  • Bref, ils estiment eux-mêmes, que le temps moyen pour remplir cette demande est de 22 mn … Enfin si tout va bien, car il suffit d’une majuscule en trop ou en moins pour être obligé de tout refaire … Ouf, c’est fini !!! Ah non, j’allais oublier : il faut payer 14 USD/personne …
  • Vous recevrez la réponse dans une quinzaine de jours …

Arrivés à Los Angeles, les contrôles sont assez cocasses …

Vous sortez de l’avion avec vos bagages à mains (déjà contrôlés à Marseille et à Roissy).

On vous rassemble dans un grand espace clos et on vous re-contrôle !!! On vous prend en photo, on la compare à celle de votre passeport. (fait, il y a presque 10 ans …) Une machine prend vos empreintes de la main gauche et de la main droite … Si tout va bien, on vous donne votre carte d’embarquement.

C’est le tour des bagages :

Vous devez placer toutes vos affaires sur un tapis roulant : bagage à main, ordinateur, tablette, portable, appareils photos, sortis des sacs, et même vos chaussures …

A votre tour maintenant de passer sous le portique … Si la lumière est verte, vous pouvez récupérer vos bagages .

Mais si elle est rouge …. Inspection !!!

Messieurs, pensez à prendre une ceinture sans boucle métallique (JF a résolu le problème, il met sa ceinture de judo …)

Mesdames, enlevez vos barrettes, et surtout, ne portez aucun sous-vêtement avec des baleines métalliques …

Vous sortez de là, à moitié déshabillés, pieds nus, en essayant de récupérer vos bagages (Portable, ordi, tablette, appareils photo, chaussures …) qui continuent à tourner sur le tapis, sans aucune surveillance …

Je comprends, qu’après le 11 Septembre, les contrôles soient plus poussés qu’avant . Mais, cela frise parfois le ridicule …

Nous repartons enfin !!!

Ouf ! Nous sommes arrivés à Papeete !!!

Chic alors !!! le blog remarche …

Et pourtant je n’ai rien changé, rien enlevé, rien rajouté …

J’avoue que hier soir, après une journée à faire des essais infructueux,

j’étais sur le point de tout laisser tomber…

Je pouvais faire paraître un article, mais il m’était impossible de vous envoyer la newsletter …

Aussi, aujourd’hui, j’ai passé la journée à jardiner, à observer mes papillons …

En rentrant, sans trop d’illusion, j’ai refait un essai …

et la newsletter est partie …

c’est à n’y rien comprendre !!!

Demain je me remets au travail !!!

Deux champignons des garrigues …

J’ai enfin trouvé quelques girolles !

Oh, pas beaucoup, mais assez pour faire une petite omelette !

Mais c’est mieux qu’il y a deux jours où après avoir inspecté toutes mes mates de chênes verts, et autres endroits (secrets !) je suis revenue à la maison, avec une girolle, un griset et un joli bolet, qui s’est avéré véreux … à la coupe … Désespérant !

Et voilà ma récolte du jour !

De belles girolles, à peine jaunes, bien fermes, de 6 à 7 cm de haut …

faciles à reconnaître avec le dessous des chapeaux sans lamelles mais simplement plissés, plis qui descendent sur le pied.

A cuire dans du beurre chaud,  jetées dans une omelette,

ou glissées sur des tartines de pain de campagne grillées …

Il n’est pas interdit d’ajouter un peu de crème fraîche …

***

A ne pas confondre avec le Clitocybe de l’olivier

(appelé aussi Pleurote de l’olivier).

Grand champignon, d’une couleur orangée très foncée, avec le dessous du chapeau couvert de belles lamelles oranges. C’est vrai qu’il pousse souvent au pied des oliviers … mais pas toujours, on peut le trouver au milieu d’un champ et en bordure des groupes de chênes verts …

Alors attention ! car il est très toxique …

Si vous vous trompez,

c’est dérangements intestinaux assurés …

et plus, si mauvaise affinité …

***

Au fait on écrit « girolle ou girole ?

La majorité d’entre nous ont appris « girolle » avec 2L,

mais on admet aussi « girole », avec un seul L,

depuis la simplification de l’orthographe …

 

Une belle couleur jaune orangé …

 

De loin, j’ai cru que j’avais trouvé des girolles …

Mais non !

Accroché sur le tronc d’un vieil amandier, en fin de vie,

ce n’était qu’un champignon parasite .

Un dangereux parasite qui s’attaque à de nombreux feuillus : chênes, châtaigniers, cerisiers, pommiers, amandiers …

Il n’a pas vraiment de pied, seul le chapeau en éventail est bien visible.

Sa chair jaune soufre et ferme quand il est jeune, passe rapidement  au jaune orangé puis au brun en devenant poudreuse.

Il peut y avoir plusieurs sur le tronc, disposés « en étage »,

du plus bel effet …

 

Un arbre attaqué meurt très rapidement .

Le Polypore soufré (Laetiporus sulphureus)

« mange » l’arbre de l’intérieur, ne laissant que l’écorce …

L’arbre, apparement sain, finit par s’écraser au sol sans prévenir.

***

Dans certains pays, il est considéré comme comestible,

il aurait un bon goût de poulet …

***

Il intéresse aussi les scientifiques  pour ses propriétés anti-microbiennes, qui pourraient être utiles dans l’industrie pharmaceutique …

(à suivre …)

 

Sortir ce week-end ???

D’abord, grande nouvelle, le blog fonctionne à nouveau !!!

Nous sommes arrivés à replacer toutes les photos à leur place !

J’espère que cette fois, cela sera définitif !!!

***

Voilà l’article du jour !

Ce n’est pas dans mes habitudes de faire de la pub, mais je vais faire une exception, pour vous signaler un petit salon artisanal que j’aime bien.

Rencontres des Métiers d’art, c’est à Pernes-les-Fontaines , dans le Vaucluse, entre Carpentras et l’Isle-sur-la-Sorgue.

Et c’est ce week end !

C’est un salon qui a lieu tous les ans

.

 

 

 

Le Centre Culturel « des Augustins » doit son nom à son emplacement sur l’ancienne église du Monastère des Augustins.

Après une sérieuse restauration, il devient le Centre culturel de Pernes-les-Fontaines : réunions, manifestations et notre salon artisanal.

Ce salon accueille des artisans de la région, et ce qui est intéressant c’est bien sûr, de voir leurs produits finis, mais surtout de les voir travailler.

***

Toutes les matières sont représentées :

 

l’osier avec des tressages originaux,

Le bois, artistique et utilitaire,

La terre,

D’ inattendus cadres en carton,

de très beaux couteaux…

Des métiers « anciens » remis au goût du jour

Une rempailleuse de chaises,

Un doreur et son travail minutieux,

Un horloger qui peut réparer vos montres, horloges, pendules,

et toutes les mécaniques du temps…

 

Le travail qui m’a toujours  intriguée, est celui de La Forge, avec ses portails, rampes d’escaliers, portes … Un vrai travail d’orfèvre !

***

Et bien sûr …

Il y a les bijoux …

Or, Argent, pierres,

mais aussi des plumes …

le travail est vraiment impressionnant …

 

Et puis, il y a Sara Bran …

J’allais dire hors concours …

tant son travail est unique : scier, percer le métal jusqu’à reproduire un effet de dentelle précieuse.

Son métier : dentelière sur or !!!

car, à ses débuts, elle s’est inspirée de vieilles dentelles au point d’Alençon !

***

Ne quittez pas Pernes-les-Fontaines, sans faire un tour dans ses ruelles : vieilles portes, lavoir ancien,

 

Son joli clocheton et son chat …

Vous pouvez aussi, vous amuser à chercher les fontaines …

Il y en a une quarantaine …

Toutes les photos sont, soit personnelles (d’une autre année),

soit prises sur le site des artisans cités.

(j’espère qu’ils ne m’en voudront pas trop pour avoir utilisé leurs photos)

Si vous voulez en savoir plus, voici leur site officiel

http://www.rencontresmetiersdart.com

Problèmes (encore !) du blog

Vous avez peut-être constaté que toutes les anciennes photos, postées sur le blog Midi Libre avaient été supprimées …

Explication : elles étaient restées sur le serveur Midi Libre, et quand ce serveur a été fermé, les photos ont été fermées avec …

Or, mon blog, sans photos perd tout son intérêt .

Après cette mauvaise surprise, et, c’est vrai, un grand moment de découragement, nous avons décidé de chercher à remettre les photos, (plus de 11000) chacune à leur place …

Heureusement, nous avions tout sauvegardé sur un disque dur …

Hier, JF et notre ami Laurent (Merci encore) ont trouvé le cheminement que doivent prendre les photos pour aller de notre disque dur à leur emplacement sur le nouveau blog …

Ils vont y travailler tout ce matin …

Donc, ne vous affolez pas, cela sera certainement long, mais mes photos retrouveront leur place …

Donc, pendant qu’ils y travaillent, le blog est inaccessible …

Fermé pour TRAVAUX !!!

La trouvaille du jour …

Connaissez-vous cette chenille ?

 Elle est très grosse , de la grosseur d’un doigt masculin, et très grande … Plus de 8 cm de long.

La petite corne qui termine son corps, ne nous laisse aucun doute, c’est la chenille d’un papillon de la famille des Sphingidés …

… comme : la chenille du Sphinx de l’Euphorbe ( en haut à gauche)

ou celle du Sphinx « Tête de Mort » (en haut, à droite)

ou celle du Moro-sphinx (en bas à gauche)

ou celle du Sphinx gazé ( en bas à droite)

Toutes portent une petite corne au bout de l’abdomen.

Si vous regardez un peu sur internet, vous verrez qu’elle n’est pas toujours si foncée. Elle est longtemps verte avec de grands yeux bleus …

Là, elle est « à maturité », elle est prête à se mettre en chrysalide.

Nous l’avons installée dans une grande boite transparente, avec une bonne épaisseur de feuilles mortes et de terreau trouvés sous nos chênes verts.

Elle s’est enterrée immédiatement …

Maintenant, il faut attendre !!!

Je ne résiste pas à vous montrer le papillon, dont les couleurs rappellent étrangement les habits de camouflage de nos militaires …

(Cette photo a été prise sur le site lepinet.com, site bien connu de tous les amateurs de papillons.)

Un autre site que j’adore : les pages entomologistes d’André Lequet …

un universitaire qui sait se mettre à la portée des débutants, pourvu qu’ils soient un peu curieux …

https://www.insectes-net.fr/

Devinette … la réponse !

Vous avez tous pensé à une araignée,

mais laquelle ?

Ce n’est, bien sûr pas l’araignée elle-même,

mais sa toile, son abri, qui ressemble à un parachute inversé,

certains diront une toile de tente, un parapluie …

de 5 à 6 cm de diamètre, quand même !

La nuit, cette toile lui sert aussi de piège :

au moindre insecte qui touche un fil, la voilà qui surgit et attrape sa proie.

Enfin, elle lui sert de nid : c’est là qu’elle pond ses oeufs enfermés dans de petits cocons . La ponte a lieu à l’automne, les petits sortiront au printemps suivant.

Et voilà la bête !!!

Araignée-Clotho (Uroctea durandi)

Assez grosse, 9 à 16 mm pour la femelle,

de couleur brun/noir avec 5 taches jaunes sur l’abdomen.

Elle fréquente les prairies  sèches  et nos garrigues bien sûr.

C’est Jean-Henri Fabre qui lui a donné le nom d’Araignée-Clotho …

Clotho, dans la mythologie grecque, était la plus jeune des Moires.

(Divinités du Destin)

Clotho, surnommée « La Fileuse » était censée tisser le fil de la vie .

***