Une naissance inattendue …

L’histoire commence au mois de Septembre …

Après un épisode de grand mistral,

le jardin ne ressemble plus à rien :

branches cassées, sol couvert de feuilles arrachées …

Un grand nettoyage s’impose !

Et là, sous mes arbousiers,

je remarque une petite chenille, agrippée à une feuille .

Verte, terminée par deux petites queues,

la tête portant deux petites cornes, aucun doute,

c’est une chenille de Pacha à deux queues ,

comme le montre cette photo d’une autre année.

Bien sûr je la sauve et je l’installe dans une boite transparente, dans la maison, où elle pourra grandir en sécurité.

Tous les jours, elle a ses feuilles fraîches …

Et elle grossit normalement …

Bientôt, elle est prête à se mettre en chrysalide …

D’abord verte,

puis transparente,

laissant deviner les couleurs du papillon.

***

Hier matin, la chrysalide était par terre dans la boîte…

Puis, dans l’après midi, le papillon est sorti …

Transporté dehors, sur un mur de la maison,

encore tout fripé,

il a besoin de longues minutes pour gonfler ses ailes,

vider son abdomen …

La nuit tombe, il fait froid et il commence à pleuvoir …

Nous décidons de le remettre dans sa boîte et de le rentrer à nouveau dans la maison …

Ce matin, il est en pleine forme, et nous le sortons dans les arbousiers …

Je ne sais pas s’il trouvera son double pour se reproduire,

mais pour le moment, il est heureux …

Et nous aussi !

Pacha à deux queues

(Charaxes jasius)

4 réflexions sur « Une naissance inattendue … »

  1. Formidable reportage, merci pour le partage !
    Quel est le cycle dans la nature ensuite de ces papillons ? ceux que l’on voit au printemps ont-ils passés l’hiver à l’état adulte ou bien issus de chenilles justes écloses ?

    autre perspective ; la descendance directe de ce papillon, s’il réussit à se reproduire, pourrait voler au printemps ou à l’automne prochain ?

    1. Marie-Claude, bonjour !
      Les chenilles du Pacha à deux queues ne se nourrissent que de feuilles d’arbousiers … Donc on ne le trouve , en France, que dans le Sud, de la frontière italienne, à la frontière espagnole …Il a, en général, deux générations par an : on observe les premiers papillons vers le mois de Mai et jusqu’en Juillet. Les femelles vont pondre sur les feuilles d’arbousiers, et le premier cycle commence. Les petites chenilles ( 3 à 4 mm, pas plus) vont grandir, se mettre en chrysalide et éclore en Novembre/Décembre. C’est le cas de mon papillon. Si l’hiver est assez doux, un deuxième cycle commence (accouplement, ponte, chenille, chrysalide …et sortie d’un nouveau papillon en Avril/Mai). Tout dépend de la météo. S’il y a de longues périodes de gel, il y aura beaucoup de pertes. On pourrait penser, à cause de la météo, que la deuxième génération est moins abondante que celle de la saison chaude. En réalité, il n’en est rien, car si la chenille est très frileuse, elle échappe aux dangers de l’été : parasites, et surtout incendies … A propos des parasites : j’ai observé sur mes arbousiers, des oeufs de tachinaires (grosses mouches). A l’éclosion, les larves se nourrissent des oeufs de papillons et même des chenilles qu’elles vident en totalité, ne laissant que la peau …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.