Jour N°42

Un 1er Mai de mon enfance …

Quand j’étais enfant, j’habitais à Quillan, dans l’Aude. 
Ce n’était pas notre région, 
nous venions du bord de mer héraultais .
Echanger notre horizon, toujours bleu, contre le « trou quillanais » entouré de montagnes…

l’adaptation était difficile. 
Mais travail oblige !!!
Nous nous sommes perdus dans les immenses forêts de sapins, à la recherche de cèpes et de « rousillous » (le nom local des lactaires délicieux)…
Nous n’avions jamais vu la neige … 
Nous ne connaissions rien de la faune et la flore de la région .

Un jour de la fin du mois d’Avril, l’épicière nous parle de muguet sauvage, qui poussait dans la montagne … 
“Non, ce n’était pas bien loin.” 
“Oui, on pouvait en ramasser, car

« ce n’était à personne » …

Le 1er Mai, nous voilà partis, vers le lieu indiqué.
D’abord, nous n’étions pas les seuls :

toutes les familles des villages alentour, 
en cueillaient, sans retenue ,
et repartaient avec des brassées

“de ce muguet sauvage qui n’était à personne ” …
Nous aussi !
Nous n’avons pas manqué ce rendez-vous,

les autres années.

Une vingtaine d’années plus tard, venant d’acheter un terrain en pleine garrigue nîmoise pour construire notre maison, je m’intéressais à la flore locale : arbres, arbustes, petites fleurs et orchidées sauvages …

Petit à petit, j’apprenais à tout connaître.

Et là, SURPRISE !

Un jour, je trouvais quelques pieds du « muguet sauvage » de mon enfance …
C’était une orchidée :

Céphalanthère à longues feuilles

( Cephalanthera longifolia, )

Bref, pendant des années,

nous avons contribué à la « maltraitance » systématique de cette orchidée : cueillette, mais aussi arrachage, car certains en déterraient pour les installer dans leur jardin …
Ce n’était pas du désintérêt pour la nature (au contraire),
Ce n’était pas, non plus de la malveillance,
Non, c’était tout simplement de l’ignorance !!!

Pour protéger, il faut d’abord connaître !

Aujourd’hui, nous n’avons aucune excuse :
Associations de protection de la nature, internet, Facebook …
On peut tout savoir rapidement,
Il suffit d’un peu de curiosité …

C’est vrai , « la nature n’est à personne »,
en réalité « elle est à tout le monde »,
c’est notre bien commun .

(Photos Avril 2016-Garrigue nîmoise)

5 réflexions sur « Jour N°42 »

  1. ça alors : du “muguet sauvage”… Je n’avais jamais vu ni entendu cette histoire !
    J’ai souvent vu ou constaté l’arrachage d’orchidées diverses, y compris avec l’argument “elles ne sont pas protégées, donc j’ai le droit” (pour un bouquet d’Orchis pyramidales à St-Chaptes en bord de RD, il y a une 10aine d’années).
    Mais le muguet, pourquoi pas : c’est en effet à peu près la phénologie de floraison, fin avril-début mai.

    Bises,

    1. C’est vrai que ça y ressemble pour quelqu’un qui n’y connait rien … On était tous de bonne foi, sans mauvaise pensée, et on était tous heureux d’avoir du muguet gratuit …

  2. Au cours de mes randos dans l’arrière pays biterrois il est courant de trouver les céphalantères blanches jamais personne ne les cueille! Par contre ici nous avons le sceau de salomon (ou faux muguet) qui pousse à foison dans les bois et les lactaires nous les appelons les roubillous. Chaque région a ses traditions pas toujours respectueuses de la nature! Maintenant à l’entrée des parcs régionaux il y a des panneaux explicatifs où il est stipulé qu’il est interdit de ramasser quoique ce soit! Nos anciens seraient surpris s’ils revenaient! Amitiés

  3. chez moi il y a des céphalanthère à longue feuille et j’ai qq plants (5) de rubra (céphalanthère rouge) qui fleurissent un peu plus tard fin mai en principe .
    ils ont été déterrés l’an passé par les sangliers et réapparaissent cette année .

    1. J’ai quelques blancs, mais je n’ai jamais vu des céphalanthères rouges aux Garrigues Basses . Tu as de la chance…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.