Jour N°42

Un 1er Mai de mon enfance …

Quand j’étais enfant, j’habitais à Quillan, dans l’Aude. 
Ce n’était pas notre région, 
nous venions du bord de mer héraultais .
Echanger notre horizon, toujours bleu, contre le « trou quillanais » entouré de montagnes…

l’adaptation était difficile. 
Mais travail oblige !!!
Nous nous sommes perdus dans les immenses forêts de sapins, à la recherche de cèpes et de « rousillous » (le nom local des lactaires délicieux)…
Nous n’avions jamais vu la neige … 
Nous ne connaissions rien de la faune et la flore de la région .

Un jour de la fin du mois d’Avril, l’épicière nous parle de muguet sauvage, qui poussait dans la montagne … 
« Non, ce n’était pas bien loin. » 
« Oui, on pouvait en ramasser, car

« ce n’était à personne » …

Le 1er Mai, nous voilà partis, vers le lieu indiqué.
D’abord, nous n’étions pas les seuls :

toutes les familles des villages alentour, 
en cueillaient, sans retenue ,
et repartaient avec des brassées

« de ce muguet sauvage qui n’était à personne  » …
Nous aussi !
Nous n’avons pas manqué ce rendez-vous,

les autres années.

Une vingtaine d’années plus tard, venant d’acheter un terrain en pleine garrigue nîmoise pour construire notre maison, je m’intéressais à la flore locale : arbres, arbustes, petites fleurs et orchidées sauvages …

Petit à petit, j’apprenais à tout connaître.

Et là, SURPRISE !

Un jour, je trouvais quelques pieds du « muguet sauvage » de mon enfance …
C’était une orchidée :

Céphalanthère à longues feuilles

( Cephalanthera longifolia, )

Bref, pendant des années,

nous avons contribué à la « maltraitance » systématique de cette orchidée : cueillette, mais aussi arrachage, car certains en déterraient pour les installer dans leur jardin …
Ce n’était pas du désintérêt pour la nature (au contraire),
Ce n’était pas, non plus de la malveillance,
Non, c’était tout simplement de l’ignorance !!!

Pour protéger, il faut d’abord connaître !

Aujourd’hui, nous n’avons aucune excuse :
Associations de protection de la nature, internet, Facebook …
On peut tout savoir rapidement,
Il suffit d’un peu de curiosité …

C’est vrai , « la nature n’est à personne »,
en réalité « elle est à tout le monde »,
c’est notre bien commun .

(Photos Avril 2016-Garrigue nîmoise)