5 Avril…

Aujourd’hui, j’ai vu mon premier Machaon. Il butinait mes fleurs de lilas.      

            DSC04687.jpg

Revenant en courant avec mon appareil photo, un Flambé débouchait devant moi, pour se poser, au soleil, sur la maison. 

Bien sûr, ils ne sont pas les premiers papillons du printemps. Les Piérides et les Citrons sont visibles depuis début Mars. Mais le Machaon et le Flambé sont beaucoup plus gros, et beaucoup plus colorés.

___________________________

Comment les reconnaître et ne pas les confondre?

             

            DSC08003.jpg     DSC08468.jpg

               Machaon (Papilio machaon)           Flambé (Iphiclides podalirius)

                                                     – Envergure jusqu’à 90 cm.

                                         – Ailes inférieures se terminant par deux pointes.

        – Fond des ailes jaune.                                        – Fond des ailes blanc crème

        – Réseau de veines noires bien marquées.            – Larges zébrures diffuses noires.

        -Taches rouge vif sur les ailes inférieures.         -Taches noires avec un halo orange

 

Les autres différences concernent leurs chenilles….

Mais ça c’est une autre histoire …..

 

 

 

 

La procession des chenilles

Qui dit chenille, dit papillon !

Thaumetopoea pityocampa, c’est son nom, est un papillon de nuit, grisâtre (qu’on peut voir chez nous en Juillet/Aout), difficile à observer car il ne vit que 2 ou 3 jours. Sa fonction première étant de procréer, le mâle meurt après l’accouplement, la femelle après la ponte.

La femelle pond jusqu’à 300 oeufs sur une aiguille de pin, en formant des petits manchons de 2 ou 3 cm de long . Là encore, il est difficile de les repérer.

                      DSC04205.jpg

 Eclosion des chenilles dès Septembre

– Elles se nourrissent des aiguilles de pin environnantes, faisant ainsi de sérieux dégâts sur l’arbre.

 Elaboration du nid en fils de soie, au début de l’automne

– Elles tapissent leur nid de leurs crottes qui jouent le rôle de « chauffage central », ce qui leur permet de passer l’hiver au chaud.

– Elles sortent la nuit pour se nourrir, toujours en procession, guidées par le fil de soie de la chenille de tête.

                                    entrer des mots clefs                                        

                                    entrer des mots clefs

 – En Mars/Avril, elles ont atteint l’âge adulte.

                         entrer des mots clefs   entrer des mots clefs

                          entrer des mots clefs  entrer des mots clefs

                       entrer des mots clefs

                       entrer des mots clefs

               – Elles quittent le nid, afin de s’enterrer et de se changer en chrysalide.

                       entrer des mots clefs

                         entrer des mots clefs   entrer des mots clefs

– Les papillons sortiront au début de l’été. 

– Le cycle est bouclé !

_________________________________

Problèmes

* Pour l’homme :

– Ces chenilles sont très urticantes, pour la peau, les yeux et les muqueuses.

– Pour toute manipulation (chenilles ou nid), portez des gants et des lunettes.

– Evitez les jours de mistral, afin de ne pas respirer les poils qui se détachent facilement.

* Pour l’arbre :

– En mangeant les aiguilles de pins, les chenilles tuent les branches, et affaiblissent l’arbre qui

  devient plus sensible aux maladies .

 

Solutions

* La plus simple est de couper la branche porteuse du nid et de brûler le tout.

Cette solution est radicale, mais afin de ne pas défigurer l’arbre, elle n’est valable que pour  1 ou 2 branches atteintes.

* Lutte biologique :

il suffit de pulvériser l’arbre avec une bactérie ( Bacille de Thurenge ou Bacillius thurengiensis), qui une fois ingérée par les chenilles les tuent par empoisonnement. Ce n’est pas un insecticide, il n’est pas dangereux ni pour l’homme, ni pour la nature.

Vous trouverez ce produit dans n’importe quelle jardinerie.

* Ennemis naturels :

– Le coucou adore les chenilles processionnaires .

– Le Calosome (Calosoma sycophanta), magnifique et grand (au moins 3 cm) carabe vert bleu doré métallique est un redoutable prédateur, à la fois pour les chenilles adultes mais aussi pour leurs larves . 

 

Les euphorbes …Toujours !

 

                        DSC00216.jpg

            5 petites billes vertes sur une feuille d’euphorbe…

                        DSC00348.jpg

            12 jours plus tard, 5 petites chenilles noires sortent des oeufs .

        DSC00206.jpg

            Il ne lui faudra que 5 jours pour grossir, muer et passer du noir au vert anis.

       DSC08737.jpg

      DSC08738.jpg

            La même chenille 10 jours plus tard.

     DSC09778.jpg

            Une nouvelle mue, et la voilà rouge, noire tachée de blanc.

     DSC09887.jpg

                Elle continue à dévorer ses feuilles d’euphorbe, sans souci, car les euphorbes étant                       toxiques, les chenilles, en les consommant, le deviennent aussi.

                Cela explique qu’aucun prédateur (oiseaux…) ne s’attaque à elles malgré leurs 

couleurs attrayantes.

      DSC07978.jpg

             Elle grossit jusqu’à 8 cm de long. Les couleurs changent une dernière fois … 

     DSC08354.jpg

             … jusqu’à ce qu’elle s’enterre sous les feuilles,

                          DSC07742.jpg   DSC08250.jpg

                       où elle se transforme en chrysalide.              

                          DSC08948.jpg   DSC08953.jpg

                       La naissance du papillon a lieu 15 à 20 jours après.

        DSC08988.jpg

Le Sphinx de L’euphorbe

– Papillon de nuit, mais qui peut voler le jour

– Dans le midi de la France, ce papillon a deux générations annuelles

(ponte, croissance des chenilles, chrysalide, naissance du papillon)

– Première génération en Mai/Juin

– Pour la deuxième génération, le cycle va s’interrompre pendant l’hiver :

les chrysalides hibernent sous les feuilles,

le papillon sortira au printemps

– Son travail est de s’accoupler et de pondre le plus rapidement possible

– Il ne pond que sur des euphorbes car ses chenilles ne mangent que ça !

(Photos prises l’année dernière, pendant tout le cycle de vie du papillon)

 

Les euphorbes, encore…

Après avoir fait un petit tour à l’étranger, nous revenons sur nos terres : les garrigues de Lédenon.

Si on veut les comparer avec les euphorbes tropicales, celles des garrigues sont :

– moins grandes : du ras du sol à 1,20 m

– moins colorées : les petites fleurs sont toujours jaunes, mais les bractées sont vertes.

– presque aussi belles car leur couleur vert anis éclaire vraiment le jardin.

– aussi toxiques : donc ne les cueillez pas, ne les arrachez pas sans gants ni lunettes .

              Euphorbia-characias-2.jpg   DSC04553.jpg

Euphorbe des garrigues (Euphorbia characias)

– Plante vivace

– C’est la plus grande de nos euphorbes : elle peut couvrir jusqu’à 2 m2

– Tiges ligneuses

– Feuilles vert bleuté, allongées et persistantes

– Inflorescence à grappes allongée

– Très bel effet dans un jardin naturel

– Espaces caillouteux et secs

              DSC04556.jpg   DSC04560.jpg

Euphorbe réveille matin ( Euphorbia heliscopia)

– Plante annuelle de 20 à 30 cm

– Se resème naturellement par graine

– Feuilles arrondies vert sapin

– Champs labourés, bords des chemins

              DSC04546.jpg   DSC04548.jpg

Euphorbe de Seguier ( Euphorbia gerardiana)

– Plante vivace de 50 cm de haut

– Tiges dures, dressées

– Feuilles vert glauque, linéaires

– Lieux secs, coteaux calcaires 

              Euphorbia-serrata-5.jpg   Euphorbia-serrata-2.jpg

Euphorbe dentée ( Euphorbia serrata)

– Plante vivace (30 à 40 cm)

– Tiges herbacées, dressées, vertes

– Feuilles dentées en dent de scie, vert clair

– Sa couleur vert anis éclaire bien une banquette de vivaces

– Champs, bords des chemins

                             Euphorbia segetalis 3.JPG   Euphorbia-segetalis-4.jpg

Euphorbe des moissons ( Euphorbia segetalis)

– Plante annuelle (20 à 40 cm)

– Tige unique dressée

– Feuilles vert glauque linéaires, assez longues

– Champs labourés

             Euphorbia-cyparissias--1.jpg    Euphorbia-cyparissias--3.jpg

             Euphorbia-cyparissias-10.jpg

Euphorbe petit cyprés (Euphorbia cyparissias)

– Plante vivace, se reproduisant par stolons (30 cm maxi)

– Tiges et feuilles vert clair

– Les bractées sont vert anis lumineux

– Bords des chemins, lieux incultes, calcaires

              Euphorbia-exigua--5.jpg   Euphorbia exigua  3.JPG

Euphorbe fluette (Euphorbia exigua)

– Plante annuelle souvent couchée

– Feuilles aiguës, vert sapin 

– Endroits incultes, secs et rocailleux

            Euphorbia-peplis-1.jpg

 Euphorbe maculée (Euphorbia maculata)

– Plante rampante

– Feuilles vert foncé, tachées de pourpre

– Envahit facilement les pierres des allées et les espaces gravillonnés

 

 

Les euphorbes

Euphorbe, Euphorbia, Euphorbus…

C’est le roi maure Juba II qui baptisa cette plante du nom de son médecin (Euphorbus) qui l’utilisait comme « drogue » (terme employé à cette époque pour tout médicament).

Vue la toxicité des euphorbes, il lui arrivait même parfois, de soigner ses malades de façon définitive…

Les euphorbes (EUPHORBIACEES) se rencontrent sur tous les continents et dans tous les milieux (déserts, dunes, sous-bois, garrigues…)`

Elles ont des formes végétales très variées, allant de la minuscule Euphorbia maculée, rampante, aux géantes Euphorbes des Canaries qui ressemblent à des cactus.

Leur point commun ? Elles sécrètent toutes, un latex blanc très toxique qui apparaît à la moindre blessure. Son contact provoque des inflammations de la peau, des boursouflures du visage, des brûlures des yeux.

Ne pas avaler sous peine de nausées, vomissements, diarrhées …

On les sépare en deux catégories :

– Les Euphorbes tropicales

– Les Euphorbes à régions tempérées

_______________________________________________________________

Les Euphorbes tropicales

On les trouve sur le continent américain, africain, à Madagascar, sur l’île de la Réunion, en Inde.

Elles sont souvent « succulentes », nom botanique des plantes grasses .

                      DSC00777.jpg   DSC00908---copie-1.jpg

       Poinsettia (Euphorbia pulcherrima)

– C’est l’emblème de Madagascar

– On la trouve en France, dans les jardineries, en période de Noël, sous le nom d’ Etoile de Noël.

(Madagascar-Tananarive-2005)      

                      DSC02568.jpg   DSC00782.jpg

Couronne du Christ (Euphorbia Milii)

– Elle pousse aussi à Madagascar, mais on l’utilise souvent comme plante décorative ou défensive.

(Uruguay-Colonia-2010)    

DSC01007.jpg

– Euphorbia stenoclada

– Endémique de Madagascar

– Arbre à tronc écailleux et à rameaux grisâtres très épineux.

 – Pas de feuilles

– Latex blanc très toxique .

– La résine du tronc sert à calfater les pirogues.

(Madagascar-Tuléar-2006)

                      DSC05849.jpg   DSC05851.jpg

Euphorbia caducifolia

(Inde-Désert de Thar-2007) 

                      DSC04783.jpg   DSC01179.jpg

Euphorbia leucodendron

– Tiges vertes, grasses, vert anis.

– Pas de feuilles.

– Comme toutes les euphorbes, fleurs minuscules jaune verdâtre.

(Sultanat d’Oman-Nizwa-2009) 

DSC01409.jpg

 Euphorbia lactea

– Peut être confondue avec un cactus, les épines groupées par deux permettent facilement de les différencier.

– Pointes rougies par le soleil et le froid.

(Sultanat d’Oman-Jebel Akhdar-2009)

DSC07256.jpg

Euphorbe bouteille (Jatropha podagrica)

– Pied renflé style baobab.

– Pousse naturellement à Madagascar.

– Ses fruits produisent de l’huile qui sert à faire des savons très parfumès.

– Récemment, les Indiens ont découvert qu’on pouvait la mélanger au gasoil et ainsi faire diminuer la consommation de pétrole . Depuis plusieurs pays se sont lancés dans sa culture intensive.

(Madagascar-Tsingy de Bemaraha-2006)

 

________________

Nos euphorbes des garrigues sont moins grandes, moins colorées, moins belles… Quoi que …

 

 

 

Le rocher

Sur mon rocher, il y a … 

entrer des mots clefs

Des lichens, des mousses, une fougère, des plantes grasses, et une multitude de petites plantes.

Agrippées au rocher, dans très peu de terre, elles restent petites, très petites.

Aujourd’hui, je vous invite dans le monde de « l’infiniment petit ».

                     DSC04268.jpg   DSC04537.jpg

                     DSC04333.jpg   DSC04276.jpg

              Des lichens,

                     MVC-020S.JPG   DSC00296.JPG

              Des mousses,

Ceterach 3.JPG

Une petite fougère : le Ceterach officinarum

                     Sedum-album-5.jpg    Sedum-album-1.jpg

Orpin blanc ( Sedum album)

                      DSC04540.jpg   Sedum-acre-1.jpg

Poivre des murailles (Sedum âcre)

                      DSC04273.jpg   Galium-murale-1.jpg

Gaillet des murs (Galium murale)

                      Vaillantia-muralis-5.jpg   Vaillantia-muralis-8.jpg

Vaillantie des murs (Valantia muralis)

                      Linaria-arvensis-1.jpg   entrer des mots clefs

          Linaire des champs (Linaria arvensis)     Linaire à feuilles d’origan (Linaria origanifolium)

 entrer des mots clefs

Linaire des murs (Cymbalaria muralis)

                      entrer des mots clefs   entrer des mots clefs

                      Gratteron fleuri (Sherardia arvensis)       Petite campanule (Campanula erinus)

entrer des mots clefs

Perce-pierre ( Saxifraga tridactylites)

                      entrer des mots clefs   entrer des mots clefs

Oeillet des rochers ( Tunica saxifraga)

                      entrer des mots clefs   entrer des mots clefs

Clypéole ( Clypeola jonthlaspi)

 entrer des mots clefs

Oxalide d’Europe (Oxalis stricta)

 entrer des mots clefs   entrer des mots clefs

Drave de Printemps (Erophila verna)

                        entrer des mots clefs   entrer des mots clefs

                        Myosotis arvensis                                     Campanule bâtarde (Legousie hybrida)

 entrer des mots clefs

Mousses en coeur …

 

Pollen

A l’occasion de la sortie du film POLLEN, « une histoire d’amour étonnante entre les fleurs et une faune composée d’abeilles,de papillons,d’oiseaux,de chauve-souris…. »je ne résiste pas au plaisir de vous montrer quelques unes de mes photos, prises cette année, ou l’année dernière en pleine saison florale, mais toujours sur la commune de Lédenon.

 

DSC04456.jpg

Abeille sur bulbeuse

DSC03284.jpg

Belle Dame sur cinéraire maritime

DSC04749.jpg

Bourdon sur arbre de Judée

DSC04482.jpg

Mégère sur Mahonia

DSC04509.jpg

DSC04505.jpg

Abeille (bien chargée en pollen) sur pissenlit

                                      Rosmarinus-officinalis-13.jpg

                                Mante religieuse sur romarin             

Cistus-albidus-6.jpg

Abeille sur ciste cotonneux

 

DSC09261.jpg

Machaon sur sauge

DSC09271.jpg

Sylvain azuré sur Pyracantha

Euphorbia-cyparissias--5.jpg

Fourmi sur Euphobe

 

DSC05833.jpg

Mélitée sur thym

DSC05823.jpg

Aurore de Provence sur Biscutelle

 

DSC03289.JPG

Une orgie de pollen !!!

_____________________________

Tous les insectes qui visitent les fleurs transportent du pollen. Le pollen pris sur les étamines d’une fleur est déposé sur le stigmate d’une autre fleur, assurant ainsi la fécondation.

Mais tous ces visiteurs ne sont pas des pollinisateurs efficaces.

Pour être un bon pollinisateur, il faut d’abord être velu. Plus la pilosité est importante, plus le pollen souvent collant va s’accrocher aux poils de l’insecte.

Ensuite, l’insecte doit butiner beaucoup de fleurs de la même espèce afin que « le mariage s’opère en famille ».

Pour ces raisons, les abeilles et les bourdons sont les champions de la pollinisation.

DSC09731.jpg

Abeille sur romarin

DSC09733.jpg

Bourdon sur genêt blanc

 

 

Les bulbeuses de Mars

Le mot bulbe est employé dans le langage courant, pour désigner un organe souterrain, dans lequel la plante puise ses réserves. En réalité, il y a plusieurs sortes « d’appareil de stockage ».

Les plantes à bulbes de Mars, ont soit :

– de vrais bulbes (Narcisses, Muscaris, Tulipes)

– des rhizomes ( Iris nain des garrigues)

– des racines tubéreuses (racine émettant des tubercules comme l’iris des serpents)

 

DSC04156.jpg

– Narcisse douteux (Narcissus dubius)

– Plante à bulbe

– Petit narcisse à fleurs blanches (ou crème), réunies par 2 ou 3 sur une tige de 20/30 cm.

– Feuilles vert gris.

– Pousse dans les garrigues ensoleillées.

DSC09575.jpg

Narcisse à feuilles de jonc ( Narcissus juncifolius)

– Plante à bulbe.

– Petit narcisse à fleurs jaune solitaire, sur une tige de 15/20 cm.

– Feuilles vertes, fines, en forme de jonc.

– Pousse dans les garrigues sèches (soleil ou mi-ombre).

 

                                      Muscari neglectum 6.JPG  Muscari neglectum 3.JPG

 Muscari négligé (Muscari neglectum)

– Plante à bulbe.

– Petite plante très précoce (début Mars).

– Fleurs en grappe serrée bleu marine, devenant blanches à maturité.

– Petites feuilles fines.

– Pousse dans les champs (soleil ou mi-ombre).

 

                                     Muscari comosum 4.JPG  Muscari comosum 1.JPG

Muscari à toupet (Muscari comosum)

– Plante à bulbe.

– Plante plus grande (jusqu’à 35 cm), et fleur plus grosse que la précédente.

– Elle est aussi plus tardive (fin Mars/Début Avril)

– Fleurs mauve foncé formant une pyramide à l’état jeune pour s’épanouir en toupet.

– Feuilles larges et longues.

– Pousse dans les pelouses rocailleuses ensoleillées.

                     Tulipa-sylvest_australis--4.jpg  Tulipa-sylvest_australis-17.jpg

Tulipe australe (Tulipa sylvestris subsp australis)

– Plante à bulbe.

– Pétales jaunes à l’intérieur, marqués de rouge à l’extérieur.

– Feuilles (souvent seulement deux) étroites et assez longues.

– C’est une sous-espèce de la tulipe sauvage (entièrement jaune).

– Pousse sur les collines calcaires de Lédenon.

 

                     DSC04239.jpg  Iris-lutescens-15.jpg

Iris nain des garrigues (Iris lutescens)

– Plante à rhizome.

Fleur jaune ou violacée, mais par le jeu des hybridations, on peut en voir des blancs, jaunes à marques violettes…

– Feuilles courtes dressées, persistantes en hiver.

– Pousse dans les pelouses caillouteuses ensoleillées où il forme de véritables tapis.

DSC09566.jpg

Iris des serpents ( Hermodactylus tuberosus)

– Plante à racines tubéreuses.

– Une fleur unique, jaune verdâtre et noir velouté.

– Feuilles fines, longues, à section carrée.

– Pousse dans les pelouses sèches, rocailleuses et ensoleillées.

-Très belle fleur, très rare.

– Bénéficie d’une protection nationale.

– Donc, pas de cueillette, pas d’arrachage, mais vous le trouverez facilement dans les catalogues de bulbeuses.

DSC09564.jpg

 

Les orchidées de Mars

C’est en Mars que débute la floraison des orchidées sauvages qui va se prolonger jusqu’en Octobre.

 

            DSC00368.JPG DSC04459.JPG DSC01123.jpg

Orchis géant (Barlia robertiana)

Impossible de se tromper !

C’est la première (et la seule) à fleurir dès février, dans sa version rose pourpre, puis en mars dans sa version blanche (Barlia robertiana chlorantha)

– Son pied est robuste, ses feuilles très larges, ses fleurs sont très nombreuses et la plante est très haute (jusqu’à 40 cm).

C’est un orchis méditerranéen qui affectionne les terrains calcaires et ensoleillés.

Devenue très rare dans les années 80, elle a bénéficié d’une protection nationale de 1982 à 1997.

Cette protection lui a été profitable, puisque aujourd’hui, on la trouve partout en garrigue et même sur les talus du bord des routes .

____________

Les autres orchidées qui fleurissent en Mars, sont du genre Ophrys .

Ces petites orchidées ont tendance à s’hybrider facilement, ce qui rend leur détermination très difficile. Même les spécialistes, ne sont pas toujours d’accord, ce qui pour l’amateur, est quelquefois déroutant.

Caractéristiques générales :

– Des petites feuilles en rosette, à la base de la tige qui souvent apparaissent dès Septembre.

– Une tige courte (15 à 20 cm).

– Seulement 3 ou 4 fleurs ouvertes en même temps réunies sur un épi lâche .

– Elles poussent le plus souvent en pleine lumière et en terrain calcaire.

 

 

DSC01079.jpg

Ophrys de Mars (Ophrys exaltata marzuela)

Cette photo correspond à peu près à la description classique de l’Ophrys de Mars, mais, par le jeu des hybridations, elle peut ressembler à toute autre chose, comme le montrent les différentes photos ci-dessous qui toutes, le représentent.

 

            DSC01078.jpg DSC01341.jpg DSC04356.jpg

 

           DSC00157.jpg DSC04095.jpg DSC00136.JPG

 

            DSC04438.JPG DSC04433.JPG DSC00373.jpg

__________________

 

Les deux autres orchidées fleurissant en Mars sont plus faciles à reconnaître.

 

 

                               DSC02116.jpg DSC02111.jpg

Ophrys brun ( Ophrys lupercalis, anciennement Ophrys fusca)

– Fleurit quelquefois dès février .

– Tiges pouvant atteindre 20 à 40 cm .

– Fleurs assez longues réunies en épi très lâche.

– Pousse en terrain calcaire, plutôt à mi-ombre.

 

 

 

                              DSC05031.jpg DSC05156.jpg           

 

                              ciliata_B.jpg

Ophrys cilié ou Ophrys miroir ( Ophrys ciliata ou Ophrys speculum)

Son nom indique ses principales caractéristiques :

– Son lobe central est bleu vif brillant.

– La fleur possède une pilosité dense faite de longs poils brun rougeâtre.

Petite orchidée très particulière, très belle, très rare.

Elle bénéficie d’une protection nationale.

 

___________________________________

Toutes ces orchidées sont fragiles :

– Leur milieu naturel est sans cesse grignoté (lotissement,autoroute,TGV …)

– Elles dépendent des insectes (souvent spécifiques à chaque genre) pour être pollinisées.

– Elles sont associées à un champignon où elles puisent leurs réserves pour survivre.

Dans ces conditions, le prélèvement dans la nature, même pour un transfert dans un jardin soigné, est condamné à l’échec ( interdit même pour certaines espèces).

Allez les découvrir en garrigue . Vos photographies sont les seuls souvenirs que vous avez le droit de ramener chez vous …