La plus grosse graine du monde !!!

Son premier nom lui fut donné en 1563 par un botaniste portugais, en reconnaissance dans l’Océan Indien, qui la nomma « Coco des Maldives ».

D’autres navigateurs en trouvèrent sur toutes les plages de l’Océan Indien … Tous pensaient que cette graine « bizarre » était produite par une plante vivant aux fonds des mers …

Ce n’est qu’en 1768, que Marion Dufresne, corsaire originaire de Saint-Malo, découvre que ce « coco de mer » pousse sur l’île de Praslin, dans l’archipel des Seychelles… Bien loin des Maldives.

Quelques années après, le botaniste Pierre Sonnerat parti dans l’Océan Indien, à la recherche des épices (très prisées à cette époque), fait escale à Praslin, où il découvre, lui aussi, le coco de mer, et dont il fera, à son retour en 1773, une description précise.

En 1791, le professeur Gmelin, alors qu’il supervise la classification de Linné, ajoutera le « coco de mer » sous le nom latin de « Cocos maldioica »

Mais le nom latin qu’il porte aujourd’hui, lui a été donné par le botaniste Philibert Commerson qui accompagnait Bougainville dans son voyage autour du monde ( 1771/1772) .

Le genre « Lodoicea« choisi, évoque Laodice, la plus belle fille de Priam, roi mythique de la guerre de Troie ( Pourquoi ???) suivi de « callipyge » du grec : qui a de belles fesses ( là on comprend !)

En 1807, Cocos maldioica devient Lodoicea maldivica, qui est toujours son nom aujourd’hui !

Dans le langage courant, on l’appelle le Coco-Fesses, graine du fruit du Cocotier de mer

Vous aurez remarqué que tous ces renseignements et changements de noms ne sont pas classés par ordre chronologique …

C’est qu’en ces temps-là, les moyens de communication étaient très lents ( voire inexistants) et que chaque chercheur travaillait dans son coin, et ne donnait ses résultats qu’à son retour en France …

A cette époque, il n’y avait pas internet, encore moins Facebook, qui aurait permis d’avertir le monde entier en un clic …

Le coco-fesses aujourd’hui !

C’est l’emblème des Seychelles,

Il est présent sur les pièces de monnaie et sur certains billets,

C’est un coco-fesses qu’on tamponne sur votre passeport quand vous rentrez dans le pays.

A ce sujet, je vais vous raconter une petite histoire …

Le Coco-fesses a disparu quelques années du tampon des passeports. Motif : l’émir d’ Abu Dhabi, président des Emirats Arabes Unis, voulant investir aux Seychelles, a demandé sa suppression, le trouvant « sexuellement choquant » !!! Ce qui fut fait pendant quelques années … avant d’être remis rapidement …

C’est aujourd’hui, une espèce protégée ( trop de touristes en ramenaient chez eux en souvenir). Seulement 300 graines par an sont récoltées.

C’est la plus grosse graine du monde 25 à 30 kg en moyenne mais qui peut peser jusqu’à 45 Kg !!!

Chanteur et navigateur, Antoine pose devant une très grosse graine de coco-fesses

Par comparaison, un sachet de pétunias acheté en jardinerie pèse 0,15 grammes et contient 1500 graines …

Niaouli, Eucalyptus, même famille ???

Ils font tous partie de la grande famille des Myrtacées, comme l’arbre à myrte, le giroflier, le Callistemon, le Manuka (dont le miel contient un antiseptique reconnu)

Tous sont originaires d’Australie Occidentale, Tasmanie comprise.

Nous avons quitté la Nouvelle Calédonie, et les eucalyptus présentés ont tous (sauf le dernier), été photographiés en Australie

Bien sûr, nous avons trouvé des Niaoulis, appelés ici « Paperbark » ( arbre à écorce de papier)

Si les arbres se ressemblent, les fleurs sont différentes. Sur les eucalyptus, les fleurs sont différentes : ici pas d’écouvillon, mais des touffes d’étamines roses ou crème, qui s’échappent d’un petit chapeau gris et coriace.

Autre différence, la taille (je devrais dire les tailles)…

S’ils mesurent moins de 10 m de hauteur, on les classe dans les « petits » ,

entre 10 et 30 m, ils sont « moyens »,

entre 30 et 60 m, on dit qu’ils sont « grands »,

les autres, qui peuvent atteindre 90 m sont considérés comme « très grands »

Voici ceux que nous avons rencontrés lors de nos différents voyages en Australie

***

Région de Darwin, au Nord

Des eucalyptus au tronc blanc et lisse …

Sur certains l’écorce commence à se détacher en lambeaux

… jusqu’à laisser apparaître un tronc marron clair

Fraser Island, juste en face Brisbane

Cet arbre est appelé l’eucalyptus à gribouillages … J’adore !

Kangaroo Island, tout au Sud

Les eucalyptus qui bordent la route principale sont « habités » par des koalas, qui se nourrissent exclusivement de feuilles d’eucalyptus .

Les eucalyptus abritent bien d’autre animaux …

Comme les perroquets …

et le Kookaburra, le plus grand martin pêcheur du monde, oiseau sacré des aborigènes

La Vallée des Géants, au Sud de Perth,

à côté de la petite ville de Walpole

Sitôt entrés dans le parc, on arrive devant le Gloucester Tree.

S’il est planté tout autour de son tronc, de barres de fer, ce n’est pas pour les touristes … Mais pour l’ONF locale qui surveille les éventuels incendies du haut de ses 61 m.

Personnellement, je suis montée jusqu’à une hauteur de 4 m et vite redescendue … JF est allé bien plus haut mais pas jusqu’au sommet …

Ce parc est très bien aménagé, avec des passerelles (solides) qui survolent les grands arbres …

Vraiment très bien, malgré la forte pluie , ce jour-là

Une fois redescendus, nous refaisons le trajet, mais sur terre, grâce aux sentiers aménages qui se faufilent entre les grands arbres

Ils sont énormes et immenses !!!

Jusqu’à 90 m de hauteur !!!

Je vous laisse regarder …

Comme tous les très grands eucalyptus du parc, c’est un Karri, à ne pas confondre avec les Kauris de Nouvelle-Zélande (Agathis australis), qui, eux sont des conifères de la famille des Araucarias

Voilà un Kauri, photographié en Nouvelle Zélande,

avec son fruit en forme de « pomme de pin »

***

A part leur taille, ce qui différencie les eucalyptus, c’est leur écorce …

Elles se détachent toutes en lanières ou en plaques,

mais les couleurs !!!!

Je vous laisse regarder …

Celle-là est complètement recouverte d’un lichen d’un très beau rouge vermillon

Voici la surprenante écorce de l’eucalyptus à gribouillages …


Cette photo a été prise sur l’archipel d’Hawaï … C’est mon eucalyptus préféré .

Voilà l’Eucalyptus arc-en-ciel !

Voilà, c’est fini pour les eucalyptus !!!

à suivre …

Quelques arbres …

 

La Poste française a fait paraître récemment un carnet de timbres

sur les arbres … du monde.

On y trouve :

le bouleau, le baobab, le cèdre du Liban, le charme,

le chêne pédonculé, le frêne, l’érable, le pin sylvestre,

le sequoia, le ginkgo biloba (appelé aussi l’arbre aux 40 écus),

l’olivier et le hêtre.

Certains sont indissociables  de l’image d’un pays,

même, si souvent ils poussent aussi ailleurs dans le monde :

  •  
  • le baobab pour Madagascar,
  • le cèdre pour le Liban,
  • le ginkgo pour la Chine,
  • le séquoia pour les grands parcs de Californie,
  • le bouleau pour les pays scandinaves,
  • l’érable à sucre pour le drapeau du Canada,
  • le pin sylvestre pour l’Europe boréale,  jusqu’en Sibérie,
  • l’olivier pour les pays méditerranéens …

Et la France ???

***

Vous vous souvenez certainement de vos livres d’histoire de l’école primaire, montrant Saint Louis rendant la justice sous un chêne …

 

  

Mais quel chêne ?

Le chêne blanc, le chêne pédonculé, le chêne pubescent, le chêne liège …

Certainement, un chêne pédonculé, qui ne pousse pas naturellement

dans le Sud de la France

Dans notre région,

on trouve surtout les chênes verts ou Yeuses (Quercus ilex)

Ils poussent souvent « en matte », procurant une ombre précieuse aux petites plantes de garrigue …

Mais si on les laisse grandir, ils peuvent devenir grands et gros …

***

Les photos suivantes ne sont pas de moi.

Elles relatent le travail d’un passionné des arbres, Yves Maccagno,

qui inlassablement fait l’inventaire des arbres remarquables du Gard,

sous l’impulsion de la Société d’Etude des Sciences Naturelles du Gard.

 

 

Voici la couverture de son  premier tome,  trois autres ont suivi … les premiers en  formule papier, les autres , en ligne, entièrement gratuits .

***

Presque tous les pays ont un arbre symbole .

Leur beauté, leur rareté, leur histoire, leur impact économique,  

nous font penser immédiatement à un  pays précis …

Vous êtes curieux ???

Alors, à suivre …

 

 

Devinette : la réponse

 

 

Devinette !!!

***

 

00-Capture d’écran 2018-08-16 à 21.18.39.png

Daniel, JR, et Lisa ont bien reconnu une inflorescence de bananier …

Bravo !!!

***

1-DSC01300.JPG

2-DSC01306.JPG

Petit à petit les fleurs femelles se transforment en bananes

3-DSC01304.JPG

4-DSC01307.JPG

5-DSC01305.JPG

6-DSC01298.JPG

7-CORI1119 - copie.JPG

 

Le bananier, qui n’est pas un arbre, mais une plante, 

peut atteindre sept mètres de haut …

Au centre de ses feuilles, se développe un bouton floral,

qui produira un régime de bananes..

 

Il faut à peu près 4 Mois, 

pour que les fruits soient mûrs …

Le bananier a besoin pour grandir et produire,

de chaleur et d’humidité.

Il pousse surtout en Amérique centrale,  (Antilles comprises)

en Amérique du Sud,

en Indonésie, Thaïlande, Viêt Nam

et en Afrique (Tanzanie)

Après la floraison, la plante meurt.

***

Ces photos ont été prises lors de notre dernier voyage au Costa Rica .

***

 

 

Avril : ailleurs dans le monde … 15 jours au Costa Rica … Suite … et fin .

 

Dernier réveil au Costa Rica

 

Voyages,Costa Rica

Le soleil se lève à peine,

quand nous prenons notre petit-déjeuner …

Voyages,Costa Rica

Le Costa Rica, c’est fini ?

Pas tout-à-fait,

car nous ferons un petit détour dans le village de Sarchi .

 

Voyages,Costa Rica

Sarchi,

petit village lié à la production locale …

Des dizaines de menuiseries fabriquaient des chars à bœufs,

qui servaient à transporter les sacs de café …

Le village était prospère jusqu’au jour où …

les habitants ont vu arriver …

un tracteur !!!

 

Puis 2, 3, 4 …

C’était la fin de la prospérité de Sarchi !

***

Un menuisier a eu, alors, la bonne idée de décorer ses charrettes …

suivi bientôt par tous les autres …

Succès immédiat !!!

***

Sarchi, aujourd’hui !

 

Voyages,Costa Rica

En plein centre du village, juste devant la cathédrale,

dans un petit jardin public,

la plus grande charrette jamais construite,

est devenue l’emblème de Sarchi.

Je vous laisse admirer les détails …

 

Voyages,Costa Rica

Voyages,Costa Rica

 

Devant le succès de ces nouveaux chars à bœufs,

les habitants se sont posé des questions …

Pourquoi pas moi ???

 

Voyages,Costa Rica

Chaque artiste a ses motifs …

 

Voyages,Costa Rica

Des grandes roues  signalent les différentes menuiseries …

***

Pourquoi pas …

 

Voyages,Costa Rica

… construire des charrettes miniatures

qui pourraient servir de jardinière, de bar ambulant…

ou tout simplement de décoration …

 

Voyages,Costa Rica

Pourquoi pas décorer des bancs de jardin ?

***

Pourquoi pas …

 

voyages,costa rica

Des dessous de verres …

***

Pourquoi pas …

 

Voyages,Costa Rica

décorer des parapluies,

des porte-parapluies,

des plats en bois …

Voyages,Costa Rica

des jouets pour enfants …

Une folie douce s’est emparée du village …

 ***

Bien sûr, tout ne rentre pas dans les valises …

Mais ils peuvent vous livrer partout …

 

Voyages,Costa Rica

Aujourd’hui, à Sarchi,

tout est décoré de motifs de charrettes :

parapet de pont, poteaux indicateurs, façades des supermarchés,

bâtiment des pompiers, entrée du stade …

 

Voyages,Costa Rica

même la Sécurité Sociale locale a son logo …

 

Voyages,Costa Rica

… et même les étiquettes de paquets de café !!!

***

Sarchi, un petit détour très agréable !!!

***

l’aéroport n’est pas loin …

Le Costa Rica s’est vraiment fini !!!

***

 

 

Avril : ailleurs dans le monde … 15 jours au Costa Rica … Suite …

 Après les palmeraies, nous continuons notre route …

 

voyages,costa rica

Petit arrêt sur le pont de Tarcolès … 

00-Tarcolès-Capture d’écran 2018-08-01 à 17.10.22.png

C’est l’heure de la sieste pour les crocodiles,

ils sont presque tous sur les berges du fleuve …

***

Nous quittons la route des plages pour traverser la région du café.

Nous arrivons au Chayote Lodge

 

Voyages,costa rica

Les allées sont bordées de plantations d’hortensias …

Superbes !!!

 

Voyages,costa rica

Notre bungalow à la décoration très originale …

Voyages,costa rica

Voyages,costa rica

Voyages,costa rica

Tout rappelle la culture du café …

***

Le caféier

Je devrais dire les caféiers, car il y a plusieurs espèces …

Voyages,costa rica

Le caféier est un petit arbre de 5 à 6 m de haut,

souvent taillé à 2 ou 3 mètres pour faciliter la cueillette.

 

Voyages,costa rica

Ses fleurs blanches au parfum sucré,

sont groupées en glomérules de 3 à 7

Voyages,costa rica

***

Les fruits appelés des cerises,

sont d’abord vertes, puis se colorent en rouge de plus en plus foncé.

 

Voyages,costa rica

Elles sont récoltées quand elles sont presque noires …

 

Voyages,costa rica

On les passe d’abord dans un genre de meule,(cf photo ci-dessus)

qui va les débarrasser de la pulpe.

Le noyau restant sera grillé, mis dans des sacs de jute, comptés, 

grâce au boulier ci-dessus.

Une boule, un sac,

au bout de cinq boules rondes, on mettait une boule carrée …

et ainsi de suite jusqu’à épuisement.

 

Voyages,costa rica

***

Le jardin fleuri

Voyages,costa rica

Voyages,costa rica

Des hortensias, bien sûr,

voyages,costa rica

voyages,costa rica

Mais aussi, Abutilons, Hémérocalles, Lys, et autres …

qui attirent des dizaines de papillons …

 

Voyages,costa rica

***

Le soir, le Chayote Lodge est perdu dans la brume …

 

Voyages,costa rica

C’est l’heure du repas …

 

Voyages,costa rica

Voyages,costa rica

 Nous apprécierons un pichet de sangria

dégusté devant la cheminée …

***

C’est notre dernière nuit au Costa Rica …

 

Voyages,costa rica

Voyages,costa rica

Nous resterons longtemps sur notre terrasse,

pour admirer le coucher de soleil …

 

Voyages,costa rica

Puis, petit à petit, les lumières de la ville vont éclairer la nuit …

 

Voyages,costa rica

Dans la vallée, Alajuela et son aéroport international …

(à suivre …) 

 

 

Avril : ailleurs dans le monde … 15 jours au Costa Rica … Suite … Un sujet qui fâche !!!

 

Nous sommes toujours dans notre palmeraie,

à regarder et à photographier ces arbres … 

 

Voyages, Costa Rica 

Voyages, Costa Rica

Voyages, Costa Rica

La palmeraie est irriguée ???

 

Voyages, Costa Rica

Puis nous voyons arriver un jeune costaricien,

équipé d’une machette fixée au bout d’un long manche …

 

voyages,costa rica

Il nous explique qu’il vient récolter les fruits des palmiers

voyages,costa rica

Regardez-là-haut ! 

Un coup sec de machette,

et le régime de fruits du palmier tombe à terre …

voyages,costa rica

Soudain, nous comprenons …

Nous sommes dans une plantation de palmiers à huile … de palme .

 ***

voyages,costa rica

 

voyages,costa rica

Les régimes tombent à terre, laissant se détacher quelques fruits …

voyages,costa rica

voyages,costa rica

voyages,costa rica 

L’huile de palme est extraite de la pulpe du fruit. (partie jaune sur la photo)

Le noyau contient, lui aussi une partie grasse (en bleu sur la photo).

Une fois séché, on extrait du noyau, l’huile palmiste par pressage.

 

voyages,costa rica

***

Dans la palmeraie, toutes sortes de véhicules,

viennent récupérer les régimes :

 

voyages,costa rica

Charrettes tirées par des bœufs,

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica

voyages,costa rica

Camions, tracteurs …

L’usine n’est pas loin …

Nous les suivons !!!

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica

Une fois extraite, l’huile repart dans de gros camions-citernes .

 

voyages,costa rica

***

De l’huile de palme, au Costa Rica ?

Je ne m’attendais pas à ça !

***

Vous avez dû voir, dans vos journaux ou à la télévision, 

des reportages sur la déforestation en Indonésie,

pour la plantation de palmiers à huile.

Vous avez même, peut-être, signé des pétitions,

pour sauver des orangs-outans privés de leurs forêts …

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica

voyages,costa rica

Des articles comme ceux-là, on en voit partout !!!

***

Alors pourquoi des plantations au Costa Rica,

pays qui a basé son activité économique,

sur un tourisme propre, 

pays dont 30% de la surface sont classés

Parc National ou Réserve de biosphère ???

 

INCOMPRÉHENSIBLE !!!

***

Il faut remonter en 1899, pour trouver une explication …

Cette année-là, est fondée la UNITED FRUIT COMPANY,

entreprise bananière américaine.

A cette époque, les pays d’Amérique latine, sont en effervescence :

chaque pays cherche à proclamer son indépendance,

et pendant qu’ils se font la guerre,

la UNITED FRUIT COMPANY va en profiter,

et passe des accords avec les uns et les autres, 

pour installer des bananeraies,

sur de grandes superficies qu’elle achète pour une bouchée de pain.

***

Pendant de longues années, la UNITED FRUIT COMPANY,

va gérer les bananeraies : culture et commercialisation

***

Mais, petit à petit, la production est moins importante.

Les sols sont épuisés, pollués par des métaux lourds,

résultats d’une utilisation à outrance

de fongicides à base de sulfate de cuivre …

Les sols sont devenus toxiques

pour toutes les plantes de la famille des Musacées,

(toutes les espèces de bananes),

et pour bien d’autres cultures qui ne tolèrent pas les métaux lourds …

La situation est dramatique pour tous les petits producteurs,

qui avaient, des parcelles de terre plantées de bananiers

et qui confiaient la commercialisation à la UNITED FRUIT COMPANY.

***

Après quelques essais et recherches, ils ont trouvé leur « sauveur » …

Le palmier à huile tolère une forte concentration

de métaux lourds comme le cuivre !

Sa culture commencera en 1980 .

La quasi totalité de la production sert à faire des biocarburants.

***

Donc, ici, pas de déforestation à outrance,

simplement un changement de culture … obligatoire !!!

***

Le problème de l’huile de palme est double :

– Sa production

– Son utilisation

***

Si la production au Costa Rica est acceptable,

elle l’est moins dans certains pays :

j’ai déjà parlé de la déforestation, 

des atteintes à la faune et à la flore sauvage …

Mais Amnesty International,

parle aussi de travaux forcés et du travail des enfants …

***

 

Le deuxième problème de l’huile de palme,

c’est son utilisation  dans notre alimentation,

et son impact sur notre santé .

Certains font valoir sa « haute teneur en acides gras saturés » …

De ce fait, elle aurait un effet négatif sur le taux de cholestérol …

Elle augmenterait le taux du mauvais cholestérol

et diminuerait le taux du bon cholestérol …

D’accord ? Pas d’accord ?

De toutes façons, soyez prudents,

car l’huile de palme est partout,

surtout dans les aliments que l’on donne à nos enfants :

lait pour bébé, petits biscuits, céréales du petit-déjeuner …

Regardez bien les étiquettes !

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica

 

Étonnant, non ???

***

Est-ce qu’il vous viendrait à l’idée

de donner un verre d’huile à votre enfant pour son goûter ???

 

 

(à suivre …) 

 

 

 

 

 

Avril : ailleurs dans le monde … 15 jours au Costa Rica … Suite

 

Uvita, c’est fini !

et c’est bien dommage !!!

***

La route est belle !!!

 

Voyages, Costa Rica

Nous longerons la côte, jusqu’à Tarcolès,

où nous ferons une halte sur le pont aux crocodiles …

Puis nous partirons vers le Nord,

où nous dormirons au Chayote Lodge …

pour notre dernière nuit au Costa Rica .

 

***

 

A notre premier passage, nous n’avions pas remarqué tous ces arbres …

Mais les orages de ces deux derniers jours ont fait éclater les fleurs …

 

Voyages, Costa Rica

 

Cortez amarillo, Jacaranda bleu, Ylang-Ylang …

Un enchantement !!!

 

Voyages, Costa Rica

Tout le long de la route les petits producteurs vendent leurs fruits …

Un régal !!!

 

Voyages, Costa Rica

Amusantes, non, ces pancartes ???

***

Plus loin , une magnifique palmeraie …

 

Voyages, Costa Rica

Nous décidons d’y faire une pause rafraîchissante …

 

***

(à suivre …)

 

 

Avril : ailleurs dans le monde … 15 jours au Costa Rica … Suite

 

Et voilà, le Lapa Rios, c’est fini !

La dernière soirée a été épique :

un violent orage avait déraciné des arbres, 

dont certains avaient arraché les fils électriques …

Plus aucune électricité dans l’hôtel …

Comment régler sa note, sans ordinateur, sans calculatrice,

sans terminal de carte bancaire …

C’est compliqué !!!

D’abord, il a fallu rechercher (dans la nuit noire),

tous nos tickets de caisse : cocktails, boutique, librairie, excursion de nuit …

qui étaient bien rangés dans les valises …

Heureusement qu’on est honnête !!!

On aurait pu partir en « oubliant » d’en payer la moitié …

Heureusement, aussi, que j’avais des Colonnes (monnaie locale) !

 

***

 

Le chauffeur de l’hôtel nous ramène à l’aéroport de Puerto Jimenez,

où nous récupérons notre voiture …

Et c’est parti jusqu’à Uvita !

 

 

voyages,costa rica

Le carnet de voyage disait :

« Au carrefour d’Uvita, prendre à gauche :

l’hôtel se trouve dans la montagne, 

à environ 20 mn de piste non asphaltée …

L’hôtel se propose de venir récupérer ses hôtes en 4×4 sur simple appel …

En effet, il est difficile d’y accéder après une pluie,

et la route, très escarpée, peut être glissante !!! « 

En cas de problème, rendez-vous devant le BCR d’Uvita .

BCR ???

Jusqu’à maintenant, notre 4×4 était passé partout …

C’est parti !!!

 

voyages,costa rica

Au début, c’est facile …

 

voyages,costa rica

Mais ça ne va pas durer …

La piste grimpe fort, monte, redescend, tourne …

***

Je vous rappelle qu’il y avait eu un très fort orage la veille …

 

voyages,costa rica

C’était tellement inondé, qu’on ne voyait plus du tout la piste,

et qu’on a pensé qu’on avait dû se tromper de chemin.

On était perdu !!!

Vite un coup de fil à Alexia (Notre concierge !)

qui nous conseille de retourner devant le BCR …

Alexia, c’est quoi le BCR ?

Banco de Costa Rica !!!

C’est tout simplement le Crédit Agricole d’Uvita qui a un grand parking …

On viendra nous récupérer assez rapidement, 

compte tenu de l’état de la piste …

et des arbres, qui, là aussi, avaient été arrachés par la tempête.

 

voyages,costa rica

Ces photos ont été prises à notre retour quand la piste était sèche …

***

  

voyages,costa rica

L’hôtel 

Sorti de l’imagination d’un jeune couple, 

(qui habite une suite de l’hôtel)

lui architecte, elle biologiste,

ses 6 grandes suites,

sont construites tout en haut d’une impressionnante colline,

avec vue directe sur la jungle et sur la mer.

Pierre, acier, teck, immenses baies vitrées,

on est dans la nature que l’on soit dedans ou dehors.

Ici, pas de télévision, pas de réveil …

Seuls les oiseaux imposent leurs horaires .

Panneaux solaires, lumières LED,

récupération des eaux de pluie, 

compost,

traitement des déchets …

emploi du personnel local,

achat de produits locaux …

l’intégration est totale !!!

***

Nous y resterons deux jours.

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica

voyages,costa rica 

voyages,costa rica

Le bleu de la piscine se prolonge avec celui de la mer …

***

Notre villa

 

voyages,costa rica

De notre lit, on peut observer les oiseaux,

comme ce magnifique Tangara de Cherrie :

bec bleu acier, plumage noir et rouge …

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica

Au loin, on aperçoit le Parc Marin Ballena,

le tout dans une odeur enivrante d’Ylang-ylang …

 

voyages,costa rica

Notre villa, entourée de fleurs, de papillons,

de toucancillos (petit toucan),

et même d’un coati qui viendra jusque devant notre terrasse

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica 

voyages,costa rica

***

Par le grand escalier, on accède au toit,

d’où la vue est encore plus belle …

 

voyages,costa rica

voyages,costa rica

 C’est l’heure des cocktails du soir …

Nous sommes juste deux couples :

des turcs ! C’est beau aussi la Turquie !!!

On blague longtemps …

 

voyages,costa rica

De nuit, c’est encore plus beau !!!

 

voyages,costa rica

 Le bar est le meilleur endroit pour attendre le coucher de soleil

 

voyages,costa rica

 

voyages,costa rica

 

voyages,costa rica

 ***

voyages,costa rica

 ***

voyages,costa rica

 

(à suivre …)