Niaouli, Eucalyptus, même famille ???

Ils font tous partie de la grande famille des Myrtacées, comme l’arbre à myrte, le giroflier, le Callistemon, le Manuka (dont le miel contient un antiseptique reconnu)

Tous sont originaires d’Australie Occidentale, Tasmanie comprise.

Nous avons quitté la Nouvelle Calédonie, et les eucalyptus présentés ont tous (sauf le dernier), été photographiés en Australie

Bien sûr, nous avons trouvé des Niaoulis, appelés ici « Paperbark » ( arbre à écorce de papier)

Si les arbres se ressemblent, les fleurs sont différentes. Sur les eucalyptus, les fleurs sont différentes : ici pas d’écouvillon, mais des touffes d’étamines roses ou crème, qui s’échappent d’un petit chapeau gris et coriace.

Autre différence, la taille (je devrais dire les tailles)…

S’ils mesurent moins de 10 m de hauteur, on les classe dans les « petits » ,

entre 10 et 30 m, ils sont « moyens »,

entre 30 et 60 m, on dit qu’ils sont « grands »,

les autres, qui peuvent atteindre 90 m sont considérés comme « très grands »

Voici ceux que nous avons rencontrés lors de nos différents voyages en Australie

***

Région de Darwin, au Nord

Des eucalyptus au tronc blanc et lisse …

Sur certains l’écorce commence à se détacher en lambeaux

… jusqu’à laisser apparaître un tronc marron clair

Fraser Island, juste en face Brisbane

Cet arbre est appelé l’eucalyptus à gribouillages … J’adore !

Kangaroo Island, tout au Sud

Les eucalyptus qui bordent la route principale sont « habités » par des koalas, qui se nourrissent exclusivement de feuilles d’eucalyptus .

Les eucalyptus abritent bien d’autre animaux …

Comme les perroquets …

et le Kookaburra, le plus grand martin pêcheur du monde, oiseau sacré des aborigènes

La Vallée des Géants, au Sud de Perth,

à côté de la petite ville de Walpole

Sitôt entrés dans le parc, on arrive devant le Gloucester Tree.

S’il est planté tout autour de son tronc, de barres de fer, ce n’est pas pour les touristes … Mais pour l’ONF locale qui surveille les éventuels incendies du haut de ses 61 m.

Personnellement, je suis montée jusqu’à une hauteur de 4 m et vite redescendue … JF est allé bien plus haut mais pas jusqu’au sommet …

Ce parc est très bien aménagé, avec des passerelles (solides) qui survolent les grands arbres …

Vraiment très bien, malgré la forte pluie , ce jour-là

Une fois redescendus, nous refaisons le trajet, mais sur terre, grâce aux sentiers aménages qui se faufilent entre les grands arbres

Ils sont énormes et immenses !!!

Jusqu’à 90 m de hauteur !!!

Je vous laisse regarder …

Comme tous les très grands eucalyptus du parc, c’est un Karri, à ne pas confondre avec les Kauris de Nouvelle-Zélande (Agathis australis), qui, eux sont des conifères de la famille des Araucarias

Voilà un Kauri, photographié en Nouvelle Zélande,

avec son fruit en forme de « pomme de pin »

***

A part leur taille, ce qui différencie les eucalyptus, c’est leur écorce …

Elles se détachent toutes en lanières ou en plaques,

mais les couleurs !!!!

Je vous laisse regarder …

Celle-là est complètement recouverte d’un lichen d’un très beau rouge vermillon

Voici la surprenante écorce de l’eucalyptus à gribouillages …


Cette photo a été prise sur l’archipel d’Hawaï … C’est mon eucalyptus préféré .

Voilà l’Eucalyptus arc-en-ciel !

Voilà, c’est fini pour les eucalyptus !!!

à suivre …

Connaissez-vous le Niaouli ?

Le Niaouli est un arbre, originaire de la côte orientale d’Australie et de Nouvelle Calédonie

Cet arbre est indissociable de la Grande île de Nouvelle Calédonie. On le trouve partout, des zones sèches du Nord aux zones humides du Sud

Son nom latin fait allusion à une caractéristique de ses feuilles :

Melaleuca quinquenervia ( quinque pour 5 et nervia pour nervure).

les feuilles ont 5 nervures parallèles

***

Tout est bon dans le Niaouli …

Ses feuilles très odorantes, sont utilisées pour la production d’une huile essentielle : le Goménol !!!

Si vous avez un certain âge (comme moi) ce nom vous dit forcément quelque chose : au moindre rhume… sirops, bonbons, huile pour les oreilles …Tout le monde avait un flacon de goménol dans sa pharmacie …

Ses belles fleurs peuvent être blanches, de couleur crème ou rouges, et permettent une bonne production de miel.

Son écorce, beige, imperméable, se divise en lambeaux …

Les calédoniens en recouvrent les toits et les murs des cases, pour les imperméabiliser

Voici la page de mon album de voyage consacrée au Niaouli …

***

L’arbre fait tellement partie de la vie de Nouvelle Calédonie, que pendant la première guerre mondiale, les calédoniens sont enrôlés dans le Bataillon de tirailleurs du Pacifique … Et savez-vous comment on les appelait ???

Les Niaoulis … Tout simplement !!!

En 2014, la Poste calédonienne lui a consacré un timbre

à suivre …

Si vous voulez en savoir plus sur ce voyage, tapez « Nouvelle Calédonie » dans le rectangle de recherche … Bonne lecture !

Le baobab…

Cette photo de l’allée des baobabs de Morondava est indissociable de l’image de Madagascar


C’est le baobad de Grandidier, (Adansonia grandidieri), nom donné en hommage au botaniste et voyageur Alfred Grandidier

Les Malgaches en sont très fiers et aiment s’y promener, le soir …

Il existe 8 espèces de baobabs dans le monde : une en Afrique, une en Australie, les 6 autres ne vivent qu’à Madagascar

Sans oublier « le baobab amoureux » (Adansonia rubrostipa), résultat de deux troncs enlacés inséparables … D’où son nom

Si vous voulez en savoir plus sur le baobab, tapez « BAOBAD » dans le rectangle de recherche ou MADAGASCAR si notre voyage vous intéresse …


	

Une rencontre inattendue …

En ce moment, aux Garrigues Basses de Lédenon,

c’est la période du ramassage des olives .

Donc, hier, avant la pluie … j’étais dans mes oliviers, avec mon panier …

Et subitement, sur une branche, devant mes yeux, il y avait ça !!!

 

J’ai failli la « cueillir » et l’écraser … quel dommage !

***

J’ai déjà fait un article … Une autre année …

C’est la chenille du Sphinx « Tête de Mort » … si grosse, si grande, (elle mesure 11cm), si belle …

C’est une chenille qui peut avoir plusieurs couleurs .

La première que j’avais trouvée sous mes lilas avait une couleur dominante jaune, celle-là est bien verte , il en existe une forme brune,

mais toutes ont ces rayures bleues et blanches, formant un V sur le dos.

Elles se nourrissent de feuilles de lilas, de seringas, de lauriers-roses, d’oliviers,

mais aussi  de pommes de terre …

***

Comme toutes les chenilles de sphinx, elle va bientôt s’enterrer, dans une litière faite de terre et de feuilles mortes.

Elle s’y transformera en chrysalide,

d’où sortira un énorme papillon.

à suivre …

 

 

Une petite fougère des garrigues …

 

Connaissez-vous le Cétérach ?

Le Cétérach ( Asplenium ceterach)

est une petite fougère que l’on trouve aux Garrigues Basses de Lédenon,

dans les fentes des rochers.

Elle aime les milieux secs et chauds.

On la trouve dans presque toute la zone méditerranéenne.

 

C’est une fougère vivace de 20 cm de diamètre maximum.

Ses frondes (les feuilles), sont allongées formées de petits lobes arrondis, soudés à la nervure centrale sans pétiole.

Sur leur face inférieure, on distingue des petite écailles, d’abord brillantes, presque argentées (Photo du haut), qui avec le temps deviendront roussâtres (Photo du bas).

Ces petites écailles, jouent le rôle de petits miroirs qui renvoient le soleil, protégeant ainsi la plante contre les fortes sécheresses.

Voici une photo de ce cétérach, en plein été, frondes recroquevillées  et enroulées.

Ne pensez surtout pas que la plante est morte …

La voici à nouveau verte et en pleine forme, après une grosse pluie.

Comme toutes les fougères le Cétérach ne se reproduit pas par graine, mais grâce à des spores. Situées et agglomérées sous les frondes, elles sont disséminées par le vent.

Vous pouvez  reproduire cette petite fougère, en grattant les spores et en les déposant sur du terreau de feuilles légèrement humide …

Le tout placé dans une boite transparente, fermée … le manque d’oxygène favorisant la germination.

Il paraît que ça marche !!!

J’ai fait un essai ce matin … A suivre …

***