Voilà venu le temps des olives …

Voilà de belles olives, bien vertes sur mes oliviers …

Cela donne envie d’en grignoter quelques unes à l’apéritif. Mais, bien sûr, il est hors de question de les manger directement sur l’arbre …. Comme je le vois faire, par des touristes, presque tous les ans … La punition est immédiate !!!

Les gens du Sud, savent bien que les olives vertes sont très amères et qu’elles doivent être, traitées, rincées, et conservées dans la saumure avant d’être consommées.

***

Aujourd’hui, je vais vous raconter l’histoire de la Coopérative oléicole de Bezouce, un petit village à quelques kilomètres de chez moi.

***

Bezouce, connu pour avoir abrité l’enfance d’Alphonse Daudet, est surtout un village agricole : les vignes, les oliviers, les céréales … les archives municipales le prouvent.

Dans le passé, un marché aux olives était organisé deux fois par semaine, mais les producteurs , jugeant le prix d’achat des confiseurs trop bas, décidèrent de se regrouper en coopérative, avec un local situé au centre du village. Ils y traitaient jusqu’a 100 tonnes d’olives vertes. Un moulin à huile verra ensuite le jour… C’était en 1947 …

***

Mais voilà, l’hiver de 1956 va détruire plus de 800 000 oliviers … Il faudra attendre une dizaine d’années pour que l’activité de la coopérative reprenne… lentement.

Les olives étaient juste collectées, calibrées et revendues aux confiseurs.

***

En 2014, l’idée de redémarrer l’activité de confiserie refait surface … En trois ans, les coopérateurs vont vendre l’ancien bâtiment, acheter de nouveaux terrains, et reconstruire une coopérative oléicole moderne, aux normes actuelles. Le tout situé à la sortie du village, avec un grand parking, indispensable de nos jours, pour charger et décharger les caisses d’olives.

Une friche, un bulldozer … un constructeur …

En 2017, c’est leur première saison !

***

Depuis le 7 Septembre, la calibreuse, et les différentes cuves sont prêtes …

Et c’est tant mieux, car les premières olives commencent à arriver !

***

Chaque producteur amène ses olives, dans des caisses, en vrac. A la coopérative, elles vont être triées, calibrées, traitées, mises en bocaux et vendues …

***

Le tri

Les olives sont vidées dans un grand bac. A l’aide d’une trémie élévatrice, elles sont montées sur un tapis roulant où elles vont être triées.

Le tri se fait manuellement. C’est un travail sérieux, car on ne doit garder que les olives parfaites sans tache violette, sans éraflure, sans piqûre d’insecte …

Ce qui n’empêche pas la plaisanterie, qui fait un peu oublier le caractère répétitif du travail (deux images d’archives)

Il ne doit rester que les plus belles …

Les autres, comme celles de dessous sont mises dans des caisses à part.

Bien sûr, elles ne sont pas perdues, elles partiront au moulin à huile …

***

Revenons à nos belles olives vertes !

***

Une fois triées, et guidées par des petits balais, le tapis roulant les amène sur un autre tapis, fait de câbles de caoutchouc, de plus en plus espacés.

Le but est de les calibrer : les premiers câbles très serrés ne laisseront passer que les petites olives, un peu plus espacés et les olives moyennes pourront tomber, et enfin les très espacés, laisseront passer les plus grosses.

Voilà les olives du producteur sont calibrées, chaque grosseur dans sa caisse.

A titre de curiosité, voilà un tableau qui donne, approximativement, le nombre d’olives pour 100 g, les olives N°00 étant les plus grosses et les N°4 les plus petites

Le traitement

***

Vous le savez, les olives vertes sont très amères. Il faut donc les traiter pour qu’elles soient mangeables

Elles sont traitées par grosseur, car, bien sûr, la dose et le temps sont différents pour chaque catégorie d’olives.

Ce traitement est une affaire de spécialiste …

Le rinçage

Une fois le traitement terminé, les olives trempent dans du jus marron foncé …

Il faut rincer à plusieurs eaux, rincer et rincer encore … Il faut que l’eau soit claire … Il faut  être sûr que les olives soient dépourvues d’amertume …

La prise de sel

C’est la phase conservation. Les olives sont placées dans des bidons, avec de l’eau salée.

Une fois prêtes, elles seront mises en bocaux, et pourront être vendues.

***

Vendues où ?

            Dans la boutique de la coopérative, qui vend, bien sûr ses productions ( olives et huile d’olive des coopérateurs), mais aussi d’autres produits locaux, provenant des alentours de Bezouce : vins, bières de la brasserie voisine, jus de fruits frais, sans sucre ajouté, tapenades, miels … et même des petits plans d’oliviers …

Les coopérateurs de Bezouce (fin de la campagne 2017)

peuvent être fiers de leur réalisation .

Devinette : la réponse

 

 

Devinette !!!

***

 

00-Capture d’écran 2018-08-16 à 21.18.39.png

Daniel, JR, et Lisa ont bien reconnu une inflorescence de bananier …

Bravo !!!

***

1-DSC01300.JPG

2-DSC01306.JPG

Petit à petit les fleurs femelles se transforment en bananes

3-DSC01304.JPG

4-DSC01307.JPG

5-DSC01305.JPG

6-DSC01298.JPG

7-CORI1119 - copie.JPG

 

Le bananier, qui n’est pas un arbre, mais une plante, 

peut atteindre sept mètres de haut …

Au centre de ses feuilles, se développe un bouton floral,

qui produira un régime de bananes..

 

Il faut à peu près 4 Mois, 

pour que les fruits soient mûrs …

Le bananier a besoin pour grandir et produire,

de chaleur et d’humidité.

Il pousse surtout en Amérique centrale,  (Antilles comprises)

en Amérique du Sud,

en Indonésie, Thaïlande, Viêt Nam

et en Afrique (Tanzanie)

Après la floraison, la plante meurt.

***

Ces photos ont été prises lors de notre dernier voyage au Costa Rica .

***

 

 

Un repas gourmand !!!

Une bonne journée …

 

Bonjour !!!

***

Nos enfants, comme cadeau de Noël,

nous avaient offert un cadeau gourmand …

Oh, pas de chocolats ou autres gâteries,

mais un bon « repas gourmand »

au Restaurant  » Les Saveurs de Provence »

à Saint-Rémy .

 

restaurant,les saveurs de provence,saint-rémy de provence

 

Nous étions ravis,

mais la pluie, le vent, les sorties, les voyages …

nous avaient empêchés de profiter de ce cadeau …

Et aujourd’hui … C’est fait !

***
D’abord nous avons commencé par des « grignotages » …

 

restaurant,les saveurs de provence,saint-rémy de provence

Tempura légère d’asperges fraîches,

lamelles de magret fumé,

caillettes de la Drôme, …

 

restaurant,les saveurs de provence,saint-rémy de provence

cœur de saumon fumé,

crème de Saint-Nectaire,

 croque emmental, 

 

restaurant,les saveurs de provence,saint-rémy de provence

escargots frits en beignets …

Régal inattendu !!!

***


Pour les plats, je suis plutôt poisson et JF plutôt viande …

 

restaurant,les saveurs de provence,saint-rémy de provence

Donc je me suis régalée

avec le super aïoli des Saveurs de Provence,

 

restaurant,les saveurs de provence,saint-rémy de provence

 

tandis que JF dégustait sa viande

d’agneau des Alpilles longuement rôti…

***
Et, on m’avait avertie
« Ne partez pas sans goûter la soupe de fraises à la menthe » du chef !!!

 

restaurant,les saveurs de provence,saint-rémy de provence


Excellent !!!

produits frais tous préparés avec une pointe d’originalité …

On a adoré !!!

Merci, les enfants !!!

 

 

Connaissez-vous le Tamanu ?

 

Tamanu, Takamaka, (Calophyllum inophyllum),

est un arbre tropical, assez grand, qui pousse en bord de mer,

dans les îles polynésiennes,

mais aussi aux Seychelles, à Madagascar, à La Réunion,

à Hawaii, en Papouasie-Nouvelle-Guinée … 

 

Voyages, Polynésie, Bora Bora, Tamanu, Plantes médicinales

Son bois, très dense, est employé pour la fabrication des pirogues,

construction navale, charpentes,

mais aussi en ébénisterie, instruments de musique …

Voyages, Polynésie, Bora Bora, Tamanu, Plantes médicinales

Ses fleurs, blanches, poussent en grappes, de 10 à 20 boutons.

Voyages, Polynésie, Bora Bora, Tamanu, Plantes médicinales

Voyages, Polynésie, Bora Bora, Tamanu, Plantes médicinales

Petit à petit, les fleurs se transforment en fruits, 

Voyages, Polynésie, Bora Bora, Tamanu, Plantes médicinales

Voyages, Polynésie, Bora Bora, Tamanu, Plantes médicinales

Les fruits, en grappes, sont vert jaune tendre, bien ronds,

ressemblant un peu à nos noix fraîches.

Des noix, on extrait l’huile de Tamanu.

Voyages, Polynésie, Bora Bora, Tamanu, Plantes médicinales

Comment obtient-on l’huile de Tamanu ?

***

– Il faut d’abord cueillir les fruits à maturité,

– Enlever la couche verte qui recouvre la noix,

– Casser la noix, pour retirer l’amande qui se trouve à l’intérieur,

– Ces amandes doivent être exposées plusieurs semaines en plein soleil.

Pendant ce séchage, elles perdent leur eau, mais gardent leur huile.

– Comme pour nos olives, une pression à froid, permet d’en récupérer l’huile.

Filtrée, elle est prête à son utilisation.

***

Ce n’est pas une huile alimentaire, mais ses vertus dermatologiques sont bien connues :

cicatrisante, anti-inflammatoire, anti-moustique, hydratante, 

elle soigne les brûlures, coupures, égratignures,

et utilisée contre l’eczéma, l’herpès, le psoriasis …

Il n’y a aucune contre-indication.

***

On en trouve, en France, dans des magasins Bio,

ou autres « magasins de santé »

*** 

 

 

 

Connaissez-vous le Nono ?

 

 

Connaissez-vous le Nono ?

***

Souvenez-vous !

Dans ma première note sur Maupiti, lors de la visite du jardin,

je vous ai parlé des arbres à Nonos !!!

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

Quand on voit ce fruit, mou et presque gélatineux, par terre,

on ne se doute pas, que son jus a des vertus médicinales …en Polynésie

***

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

Le Nono (Morinda citrifolia), nom donné aussi bien au fruit qu’à l’arbre,

est originaire du Sud-Est asiatique,

où il est depuis longtemps utilisé en médecine traditionnelle.

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

L’arbre est plutôt petit, avec de grandes feuilles vertes,

elles-même utilisées contre les brûlures, les piqures … 

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

Ses jolies petites fleurs blanches, en grappe serrée,

se transforment au fur et à mesure en fruit globuleux,

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

d’abord vert,

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

Puis, à maturité, vert jaune pâle.

voyages,polynésie,maupiti,plantes mlédicinales

 C’est à cette période qu’il est pressé pour en extraire le jus.

Et pourtant … L’odeur qui s’en dégage est assez repoussante …

Le jus, (commercialement appelé  » Noni « ),

garde cette odeur et le goût …

Mais quand on est malade !!!

***

Il est très utilisé en Polynésie et aux Etats Unis,

où ses qualités antibiotiques et curatives ont été reconnues scientifiquement.

Diabète, syphilis, ciguatera, et même certains cancers. 

L’Union Européenne ne lui a pas accordé d’agrément pharmaceutique.

Mais sa vente est autorisée sous forme de capsules comme complément alimentaire .

Alors, Prudence !!!

***

 

 

 

Une balade à Port-Saint-Louis-du-Rhône

Port-Saint-Louis-du-Rhône 

***

alimentation,pêche

Ce n’est pas compliqué : 

c’est au bout du bout du Rhône !!!

***

Créée en 1904, la ville était surtout LE port d’Arles et de Lyon.

Aujourd’hui, c’est plutôt le port annexe de Marseille.

Elle sépare une zone naturelle : le Parc Naturel de Camargue,

de la zone industrielle de  Fos-sur-Mer.

***

Le rendez-vous est à l’Office de Tourisme,

situé dans la tour Saint-Louis, bâtiment du XVIII ème siècle.

 

Alimentation,pêche,

Très bien restaurée et entourée de petits jardins,

Alimentation,pêche,

… elle abrite une collection de 168 oiseaux naturalisés,

chaque étage étant réservé à un habitat particulier :

on y trouve les oiseaux des roselières, du golfe et de la mer,

des marécages, des rapaces …

Agréable et instructif !

 

Alimentation,pêche,

Il faut monter le bel escalier jusqu’à la terrasse,

pour admirer le Rhône

***

Nous partons visiter la sardinerie Ferrigno

Entreprise familiale, elle est la dernière conserverie, en Méditerranée.

***  

C’est une véritable usine !

Alimentation,pêche,

Pour moi, c’est une découverte !

D’abord, je n’étais jamais rentrée dans une sardinerie,

et j’ignorais complètement qu’il y en avait une à moins de 70 Km de chez moi …

***

D’abord, laissez-moi vous expliquer ce qu’est une échantillothèque.

***

Ex: Bibliothèque =

-Biblio qui en grec se traduit par livre

– et thèque qui en grec se traduit par armoire.

Une bibliothèque est une armoire où on range les livres.

Il y a beaucoup de mots dans la langue française, ainsi formés :

vidéothèque, cinémathèque, médiathèque, photothèque, zoothèque,

et même oothèque, construite par certains insectes pour « ranger » leurs oeufs.

(la mante religieuse, par exemple)

***

Une échantillothèque est donc une armoire où on garde des échantillons.

***

Des échantillons de quoi ?

***

Tout simplement des prélèvements de TOUT ce qui est produit dans l’usine !

Les différentes soupes, produits cuisinés, 

conserves de sardines, thon, seiche …

et ce, tous les jours à chaque fin de production.

Chaque échantillon comporte la date de fabrication,

et un numéro d’identification semblable à celui du produit mis à la vente.

Ils sont conservés jusqu’à la date limite de consommation.

***

Des échantillons, pourquoi faire ?

***

C’est une affaire de traçabilité du produit.

A tout moment, l’entreprise peut ainsi répondre

à toutes les remarques, questions ou réclamations des consommateurs .

S’il y a problème, elle analyse l’échantillon :

– l’échantillon est défectueux : toute la production sera retirée de la vente.

– l’échantillon est normal : il faudra chercher une autre cause

(choc pendant les transports, mauvais stockage …)

 ***

La visite

 

Alimentation,pêche,

Hygiène oblige, nous voilà tous emmaillotés de la tête aux pieds, 

Alimentation,pêche,

Même les enfants …

Alimentation,pêche,

et le chef d’entreprise qui nous reçoit.

Alimentation,pêche,

Tout ce qui rentre dans l’usine est inscrit sur un tableau

avec la date de réception et la date d’utilisation :

poissons, coquillages, légumes, épices …

***

Nous arrivons dans le laboratoire qui produit la soupe de poissons.

Alimentation,pêche,

D’abord, la préparation de légumes et aromates,

les poissons frais, de la pêche locale du matin attendent leur tour :

congres, sardines, grondins et autres poissons de roche,

suivant la pêche du jour.

Alimentation,pêche,

Une fois les poissons cuits dans la préparation de légumes,

la soupe est passée « comme à la maison » et non broyée.

alimentation,pêche

Cela permet d’éjecter les arêtes et de ne conserver que la chair des poissons.

Avec le broyage, on mangerait les arêtes.

Alimentation,pêche,

Vient le moment de l’embouteillage,

Alimentation,pêche,

et du test pour tous . Excellente !!!

Alimentation,pêche,

Vous venez de voir fabriquer la fameuse soupe de poissons « Reflets de France »,

marque haut de gamme des supermarchés Carrefour ! 

***

Passons dans l’unité de conserverie de sardines.

***

Les sardines de Méditerranée étant devenues trop petites,

l’entreprise Ferrigno a installé une usine au Maroc, sur la côte Atlantique.

Là-bas, une équipe de pêcheurs pêchent les sardines plus grosses,

et une équipe, à terre, les équeute et les nettoie .

Elles arrivent prêtes à être traitées à Port-Saint-Louis-du-Rhône.

alimentation,pêche

Afin de garder toute leur saveur, les sardines ne sont pas cuites en friture,

mais simplement installées sur des clayettes …

alimentation,pêche

… puis, cuites à la vapeur.

Cela a aussi l’avantage de leur faire perdre leur graisse,

dont le goût ne fait pas forcément bon ménage avec l’huile ajoutée dans les boites.

alimentation,pêche

Vient le moment de ranger nos sardines cuites dans leur boîte,

rangement délicat qui ne peut se faire qu’à la main.

alimentation,pêche

Sur un tapis roulant, les boîtes sont ensuite remplies d’huile (olive ou autre)

ou de sauce.

alimentation,pêche

Une fois fermées hermétiquement, elles passent au stérilisateur,

étape très importante et délicate pour la conservation des boîtes.

alimentation,pêche

Les boîtes sont ensuite lavées, séchées,

alimentation,pêche

et sont prêtes pour l’étiquetage.

alimentation,pêche

L’entreprise Ferrigno ne produit pas que des boîtes de sardines

et de la soupe de poisson.

Sous la marque « Lou Ferrignade », on trouve

dans leur boutique et dans quelques épiceries fines,

de la bouillabaisse,

de la daube de thon, du velouté de courge aux moules …

et toutes sortes de mousses de poissons.

***

Surprise !!!

Toute leur production n’est pas vendue sous leur marque :

Carrefour, Champion, Netto, Auchan, Super U, Leclerc (Pêche Océan),

font fabriquer leurs produits à Port-Saint-Louis-du-Rhône …

Seul, le groupe Casino n’a pas été cité !

alimentation,pêche

Cette visite a été très intéressante, j’ai appris beaucoup de choses…

Et je vous la recommande.

J’ai aussi appris, que les boîtes de sardines de la plupart des supermarchés,

que je mettais tant de temps à choisir …

étaient, en fait, toutes les mêmes !!!

Enfin presque !

***

 

Une histoire de famille …

 

Nous prenons souvent l’autoroute A9, 

en direction du Sud.

Nous avons nos habitudes :

pour couper le trajet, nous faisons une pause à Mèze,

au bord de l’étang de Thau.

Nous allons d’abord déguster des huitres

à « La Barque Bleue »,

petit restaurant familial, à l’ambiance très conviviale,

et aux coquillages extra frais.

Après notre « Café gourmand » (Aïe, le régime !)

et avant de quitter Mèze,

nous nous arrêtons chez René Dassé, pour acheter notre repas du soir.

C’est LE spécialiste de LA véritable tielle sétoise.

***

Une tielle ???

C’est une tourte faite avec de la pâte à pain,

garnie d’une préparation de morceaux de calmars et de poulpes,

et d’une sauce tomate légèrement pimentée.

ET C’EST TOUT !!!

Si vous ajoutez ou enlever quelque chose,

ce n’est pas une vraie tielle …

Cela redevient une simple tourte.

***

Traditions,Cuisine,Tielles

***

L’autre jour, nous avons eu la surprise

de voir tout le long du comptoir,

une grande affiche qui racontait l’histoire de LEUR tielle.

Bien sûr, nous avons pris des photos.

Les voici !

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles 

Traditions,Cuisine,Tielles 

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Traditions,Cuisine,Tielles

Aujourd’hui,

Traditions,Cuisine,Tielles

Les tielles de René Dassé sont distribuées dans tous les bons restaurants,

et même Wikipédia la connaît !!!

traditions,cuisine,tielles

 

***

 

Devinette : la réponse

 

Avez-vous trouvé ?

***

Régis a trouvé tout de suite ! 

Et Maël aussi !!! 

Bravo à tous les deux !!!

(voir les commentaires sur la précédente note)

 

DSC02974 - Version 2.JPG

DSC02979.JPG

DSC02974.JPG

Voici sa photo en entier.

DSC02975.JPG

Le Durian (Durio zibethinus)

est un arbre tropical, originaire d’Asie, de la famille des Bombacacées,

comme les baobabs, ou le fromager dit « Arbre à kapok ».

Capture d’écran 2014-06-09 à 18.48.47.png

DSC02976.JPG

C’est un énorme fruit de 30 à 40 cm de hauteur

et d’un poids pouvant aller jusqu’à 5Kg.

Il est surtout connu pour sa très forte odeur très désagréable,

ce qui explique que ce fruit soit interdit dans les métros, les aéroports

et tout autre transport public …

Heureusement, la chair jaune qui se trouve à l’intérieur,

a, paraît-il un goût délicieux …

Comme Régis (voir commentaires d’hier),

je n’ai jamais eu envie de goûter.

DSC02986.JPG

DSC02984.JPG

Toutes les photos ont été prises

dans un grand magasin de produits frais de Nîmes. 

***

L’Arganier

 À la recherche de l’Arganier

***

 Nous partons dans le Sud-Ouest marocain,

seule région du monde où pousse naturellement cet arbre rare.

DSC09980.JPG

Dernier rampart vert contre le désert,

l’Arganier (Argania spinosa), est une providence pour les populations berbères,

leurs dromadaires, et surtout leurs chèvres, 

qui pour déguster son feuillage et ses fruits,

grimpent dans un équilibre incertain, jusqu’au sommet des branches de cet arbre toujours vert.

 DSC09944.JPG

De son fruit, qui ressemble à une olive, on extrait une huile orangée très parfumée,

au goût de sésame et d’amande grillée.

Si elle ne supporte pas la cuisson, elle assaisonnera délicieusement vos salades,

et réveillera, d’un trait d’huile final, tous vos plats méditerranéens,

même une simple salade d’oranges.

Autre gourmandise, présente sur toutes les tables marocaines : l’amlou.

C’est un mélange d’amandes grillées écrasées, de miel et d’huile d’argan,

vendu aux touristes sous le nom de « Nutella berbère ».

C’est très, très sucré, c’est très, très gras …

Attention les kilos !

Capture d’écran 2013-03-08 à 11.51.34.png

L’huile d’argan est une huile rare.

Son prix élevé s’explique par l’incroyable quantité de fruits,

nécessaires pour obtenir un seul litre d’huile : 100kg de fruits et 10h de travail.

(à titre de comparaison : il faut 6 à 7 kg d’olives pour faire un litre d’huile)

***

Sa fabrication est un travail long et fastidieux,

uniquement manuel, réservé aux femmes.

DSC09958.JPG

 Après une cueillette rendue difficile par les longues épines de l’arbre,

les fruits sont d’abord dépulpés, pour n’en garder que les noix.

Celles-ci sont ensuite cassées une à une, pour en extraire les amandes oléagineuses.

DSC09959.JPGCapture d’écran 2013-03-08 à 11.57.48.png

Certaines femmes cassent, d’autres trient, c’est presque du travail à la chaîne.

DSC09969.JPG

Une fois grillées, les amandes sont broyées dans une pierre spéciale.

il ne reste plus qu’à presser la pâte obtenue pour voir couler l’huile.

Capture d’écran 2013-03-08 à 12.00.19.pngDSC02628.jpg

***

DSC09975.JPG

Tout est rangé dans des paniers : pulpes, noix entières ou cassées, amandes …

car rien ne se perd.

La coquille du noyau servira de combustible, la pulpe nourrira le bétail,

la pâte restante sera utilisée dans la fabrication de savons.

Car cette huile a aussi des vertus cosmétiques :

les Marocaines s’en enduisent les cheveux et la peau,

et en font le même usage que les Tahitiennes avec le monoï.

***

Regroupées en coopérative, ces femmes récoltent, fabriquent et vendent cette huile vierge.

Continuer à vivre au pays, exploiter une richesse naturelle sans la détruire, 

est un des avantages de ce système.

Avec une partie des revenus, elles ont mis en place des cours d’alphabétisation.

Salaires et instruction, accordent aux femmes berbères,

une certaine indépendance,

et leur permettent de s’affranchir (un peu !) du poids des traditions.


C’est un bienfait supplémentaire de l’huile d’argan. 

***


Epices et parfums : le café

Une légende

***

Cela se passe au Yémen, au VIIème siècle.

Allah donne à Mahomet, une plante de son jardin céleste

pour lui donner la force de créer l’Islam.

Une de ses graines tombe à terre,

germe et donne un petit arbre aux fruits rouges.

Un troupeau de chèvres passe par là et dévore tous les fruits.

Elles sont intenables toute la nuit.

Le petit berger va se plaindre au monastère voisin.

Intrigués, les moines arrivent à tirer de ces fruits, 

un breuvage noir qui leur donne une intensité jusque là inconnue.

Ils le baptisent « qahwah » (l’excitant).

***

Un peu d’histoire

***

La légende est belle,

mais d’autres pays revendiquent la découverte du café.

L’Éthiopie, par exemple,

qui clame haut et fort que le café poussait chez eux, à l’état sauvage,

et que c’est un voyageur éthiopien qui a planté le premier café au Yémen.

Il y a d’ailleurs créé la ville de Mokkha, où il reste quelques vestiges.

L’Éthiopie est un lieu de passage, et très vite,

le café va se répandre dans tous les pays musulmans,

jusqu’en Perse, en Inde et en Turquie …

De Constantinople, elle arrive très vite à Venise, puis dans toute l’Europe,

où on l’appellera « arabica » ou « moka ».

***

Un peu de botanique

***

Le caféier (Coffea arabica)

Le caféier est un petit arbre, souvent taillé à 2 m dans les plantations,

pour faciliter le ramassage.

C’est un arbre qui a besoin d’ombre.

dans la nature, on le trouve souvent sous les grands arbres.

Les premières fleurs n’arrivent que 3 ou 4 ans après la semence,

et les premiers fruits à l’âge de 5 ou 7 ans.

DSC01807.JPGDSC01810.JPGDSC01809.JPG

La floraison, abondante, blanche et très parfumée,

attire un grand nombre d’insectes, qui se chargent de la pollinisation.

Capture d’écran 2012-12-03 à 18.59.55.png

Chaque arbre donne à peu près, 3 kg de fruits qu’on appelle « les cerises ».

Capture d’écran 2012-12-03 à 19.07.38.png

D’abord vertes, jaunes, oranges,

DSC06276.JPG

elles sont mûres quand elles sont bien rouges, presque grenat.

Les récoltes qui donnent le meilleur café, se font à la main, cerise après cerise,

même s’il faut revenir plusieurs fois sur le même arbre.

Capture d’écran 2012-12-03 à 17.44.10.png

                                                                                                               (photo Wikipédia)

Chaque cerise contient deux fèves (les grains de café),

entourées dans une pulpe juteuse, qu’il faut éliminer.

Les grains de café sont jaune anis, mais tout le monde dit « vert », c’est à dire cru.

Il ne manque plus qu’à les griller, pour développer leur arôme.

Plus on le grille, plus il est noir, plus il est fort.

Les italiens vont jusqu’aux grains noirs, 

alors que les Américains arrètent la torréfaction quand le grain est à peine couleur noisette.

***

Attention cependant, le café est vraiment un excitant :

6 tasses de café par jour est le maximun autorisé.

Au delà, vous risquez : nervosité, irritablité, palpitations cardiaques …

***